Auto Heroes

On entend souvent que la presse écrite se porte mal et que la plupart des magazines subsistent grâce à un équilibre financier pour le moins précaire. Dans ce contexte morose, de nouveaux titres sortent pourtant régulièrement ce qui est toujours intéressant et rafraichissant dans un secteur où les innovations ne sont pas légion. Ce mois-ci, le petit nouveau s’appelle Auto Heroes, Hommes & Autos de Caractère. Il dérive étroitement de Moto Heroes qui a su se faire une place à part dans l’univers des magazines moto.

N’étant pas lecteurs de Moto Heroes, nous découvrons Auto Heroes avec un regard totalement vierge. En échange de 5,90€, un prix dans la moyenne du marché et qui semble même relativement attractif eu égard à l’épaisseur du premier numéro du magazine Auto Heroes (près de 200 pages).
.

Auto Heroes Couverture.
Les premières impressions sont bonnes, le papier est de qualité avec notamment l’utilisation de vernis sélectifs que l’on retrouve très rarement dans la presse papier. La maquette est également réussi et moderne, le magazine se découpe en 5 parties baptisées Casino Royale, Amicalement Votre, Blade Runner, Into the Wild et Point Limite Zero. Des titres alléchants et plutôt bien trouvés révélant une culture automobile et cinématographique certaines.

En feuilletant le magazine, on se rend compte qu’il y a beaucoup de pages de publicité, la plupart du temps en pleine page à l’image de ce qui se fait dans les magazines de mode ou lifestyle. Plus on avance dans notre lecture plus ce côté mercantile nous saute aux yeux et nous gène. Une grande partie des articles se terminent par un encart proposant des produits en rapport avec l’article. En tant que lecteur je ne souhaite pas acquérir un catalogue ou une liste d’idée cadeaux mais plutôt me retrouver en présence d’un magazine avec des articles de fond. En plus de cela, des articles présentant des sociétés en lien avec l’automobile (gants, bijoux) font d’avantage penser à des publi-redactionnels qu’à des articles ayant une portée journalistique.
.

Auto Heroes McQueen.
En continuant la lecture, on a la surprise de découvrir des articles qui ne sont pas d’actualités, comme les voitures du dernier James Bond sorti en Novembre. Plus génant encore, la réédition d’article déjà paru sur le site Classic Driver comme la visite des réserves du musée Porsche où encore la découverte de l’atelier Novo spécialisé en Bugatti. Toujours en ce qui concerne le contenu, si un article sur Steve McQueen semble incontournable pour un magazine qui traite des hommes & autos de caractère, il aurait été de bon ton de ne pas sombrer dans les classiques articles sur Bullitt et la montre Tag Heuer Monaco. Nombre d’articles sont très court (1 à 2 pages) ce qui ne laisse pas le temps aux journalistes de réellement développer leurs sujets.

Certains sujet plus étoffés, comme celui du road trip de Paula (un camion), un entretien avec Jean-Pierre Jabouille ou encore l’article Monstres sacrés (en couverture) montrent qu’en prenant le temps et l’espace de développer les sujets, ceux-ci gagnent en profondeur et donc en intérêt pour le lecteur.
.

Auto Heroes Paula.
Au fil des pages, Auto Heroes nous a paru développer (c’est une analyse tout à fait personnelle) une vision de l’automobile et plus particulièrement de l’automobile de collection comme un objet de mode, un must have que tout homme de gout se doit de posséder aux côtés de sa chemise à carreaux, sa barbe de trois jours, ses Stan Smith et sa moto custom. Cette orientation ne correspond pas du tout à notre vision de l’automobile de collection mais gageons qu’Auto Heroes saura trouver son public.

.

On aime bien
On aime moins
  • La mise en page
  • Les photos
  • La qualité du papier et du magazine
  • Le tarif contenu
  • Des articles trop courts
  • Des sujets déja parus
  • Un perpétuel retour au business et aux produits à vendre

 

 

2 commentaires

  1. Benjamin dit :

    Je le lis ce week-end et j’en ferais mon test à moi, mais avec ce que j’ai vu en le feuilletant, on va se rejoindre sur plein de trucs !

  2. Je suis d’accord pour le fond mais je trouve le jugement un peu sévère pour un numéro 1. Je suis persuadé quand sans le lien avec Moto Heroes le coté « bobo » nous serait moins flagrant. Pour ce qui est de la pub, vu la qualité d’impression pour un tarif semblable à des publications moins épaisses sur un support de moins bonne qualité, je tolère. Après pour les articles c’est vrai que plusieurs nous laissent sur notre faim…
    Même si je ne m’abonne pas, je me ferai un plaisir d’acheter le numéro 2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *