Rétromobile 2018 by Numbers

Nous vous proposons un retour sur le salon Rétromobile par les chiffres. Il n’est pas question ici d’aborder la fréquentation de l’édition 2018 du salon qui sera fortement impactée par l’épisode neigeux et les mauvaises conditions météorologiques. Nous vous proposons plutôt de revisiter le salon par le biais des numéros de course automobile.

Cet élément indispensable autrefois à l’identification des voitures et au travail des chronométreurs et devenu au fil du temps un élément graphique fort. Certains numéros sont devenus mythique comme par exemple le 722 de la Mercedes de Stirling Moss utilisé lors des Mille Miglia. Les numéros de course conservent toujours un fort pouvoir d’attraction comme en témoigne le récent retour des numéros permanents en Formule 1. Voici une sélection de numéros de courses plus ou moins célèbres croisés lors du salon Rétromobile 2018 :
.

.

On vous emmène à Rétromobile 2018

Comme chaque année au début du mois de Février, on vous emmène à Rétromobile. En raison des conditions météorologiques et d’un contre temps de dernière minute cette visite a failli ne jamais avoir lieu. En voyant les photos du salon sur les différents réseaux sociaux, difficile de ne pas avoir envie de faire le déplacement pour admirer les plus belles carrosseries. C’est finalement le dimanche, dernier jour de l’édition 2018, que nous nous sommes rendus porte de Versailles pour visiter l’édition 2018 du salon Rétromobile.

Se rendre au salon Retromobile c’est un peu comme rendre visite à un ancien membre de la famille, on passe toujours un bon moment, on est rarement déçus mais c’est relativement sans surprise. Au fil des éditions, les organisateurs nous ont habitués aux expositions de haut vol et Retromobile 2018 ne fait pas exception avec entre autres une magnifique exposition en hommage à Abarth venant complété les modèles d’exceptions présents sur les stands des négociants.
.

.

L’engouement des constructeurs automobiles continue de se confirmer avec des stands dont les superficies de rapprochent de plus en plus de celles du Mondial de l’Automobile. Renault célébrait comme il se doit la marque Alpine au moment ou la nouvelle A110 fait son apparition sur le marché. La marque au losange n’oubliait pas les autres véhicules en particulier les youngtimer avec notamment la présence peu attendue d’un Espace et d’une Mégane Scenic de première génération. Du coté de Peugeot et Citroën, le coup de projecteur était mis sur les clubs qui font vivre la mémoire des marques et permettent à de nombreux modèles de pouvoir encore circuler. Jaguar et Land Rover mettaient en avant le savoir faire de leur programmes de restauration ou de reconstruction. Le stand des constructeurs britanniques présentait une Jaguar Type E et un Range Rover entièrement restaurée ainsi qu’une Jaguar Type D, première exemplaire d’une série de reconstructions à venir.

Comme chaque année les grands marchand internationaux ne sont pas en reste et présentent toujours à Rétromobile des automobiles exceptionnelles. Les habituels JD Classics, Fiskens ou William l’Anson ont amené des pièces de musée avec notamment une Jaguar Type E low drag, une Jaguar XK120 ex Coupe des Alpes ou encore une Lotus de Formule 1 des années 70. Cette année, notre coup de cœur ne porte pas sur des automobiles britanniques et revient au stand de Lukas Hüni. Celui-ci a réussi le tour de force de présenter une sélection de dix Ferrari 250 GT châssis court. Lorsque l’on connait la rareté et la cote de cette Ferrari d’exception, cela laisse imaginer des efforts entrepris pour réunir une telle collection sous les yeux des spectateurs au cœur de Paris.
.

.

En ce qui concerne les voitures vendues, bien que notre visite se soit déroulée le dernier jour du salon, le nombre de panneaux « vendus » ou « sold » présents sur les voitures nous a semblé moins important que les années précédentes. Il s’agit simplement d’un ressenti personnel mais la fièvre acheteuse semble moins importante que par le passé. Les acheteurs français et internationaux sont toujours présents en nombre dans les allées du salon Rétromobile 2018 mais leurs achats semblent plus raisonnés que par le passé.

A vous de vous faire votre propre avis sur l’édition 2018 du salon Rétromobile avec les photos que nous vous avons ramené de notre visite :
.

 

Cap à l’Est pour le Tour Auto 2018

Le parcours détaillé de la 27ème édition du Tour Auto vient d’être dévoilé par les équipes de Peter Auto. Celui-ci se déroulera du 23 au 28 avril 2018 et emmènera les concurrents depuis la verrière du Grand Palais jusqu’à la baie des Anges à Nice. Le Tour Auto mettra donc principalement le cap à l’Est avec une importante partie alpestre, ce qui laisse présager de très belles spéciales pour les quelques 230 concurrents alignés au départ.
.

.

Pour l’édition 2018, les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques italiennes disparu : Autobianchi, De Tomaso, Osca ou encore Cisitalia, Lombardi, Moretti, Siata… Le parcours du Tour Auto 2018 s’achèvera à quelques kilomètres de l’Italie pays de naissance des véhicules mis à l’honneur.

Avant de rejoindre Nice, les concurrents feront étape à Besançon, Megève, Avignon ou encore Aix en Provence. Voici le déroulé jour par jour du Tour Auto 2018 :
.

Lundi 23 avril : Paris

  • Contrôles techniques et administratifs au Grand Palais

.

Mardi 24 avril : Paris – Besançon

  • Circuit de Dijon Prenois
  • Une épreuve spéciale

.

Mercredi 25 avril : Besançon – Megève

  • Circuit de la Bresse
  • Deux épreuves spéciales

.

.

Jeudi 26 avril : Megève – Avignon

  • Circuit de Lédenon
  • Deux épreuves spéciales

.

Vendredi 27 avril : Avignon – Aix en Provence

  • Circuit Paul Ricard
  • Deux épreuves spéciales

.

Samedi 28 avril : Aix en Provence – Nice

  • Trois épreuves spéciales

.

Retrouvez ici l’animation du parcours détaillé du Tour Auto 2018 qui vous permettra d’avoir une idée plus précise des routes empruntées. Nul doute que certains d’entre vous particulièrement précis en cartographie seront capables de reconnaître certains passages mythiques de l’histoire du rallye.

.

.

Engagez-vous pour la Traversée de Paris 2018 !

L’hiver s’installe petit à petit, les jours raccourcissent et les températures diminuent. Cette description bien morose s’accompagne généralement du fait qu’en cette saison les voitures anciennes sortent de moins en moins de leur confortable garage. Une seule exception à ce constat, la Traversée de Paris dite hivernale qui se déroule chaque année au mois de janvier et réunit dans les rues de la capitale plusieurs centaines de véhicules anciens. On y retrouve principalement des voitures mais également des motos, solex, scooters, camions ou encore quelques engins agricoles. La Traversée de Paris que ce soit dans sa version hivernale ou estivale peut se targuer d’être le plus grand rassemblement de véhicules anciens dans la capitale.
.

.

L’édition 2018 se déroulera le dimanche 7 janvier et les inscriptions sont désormais ouvertes. Le processus d’inscription se modernise, il fallait auparavant retourner le bulletin d’engagement accompagné de son chèque par voie postale. Il est désormais possible de s’inscrire en ligne à l’adresse suivante : www.weezevent.com/tdph2018

Les inscriptions sont toujours réservées aux véhicules de plus de 30 ans. Comme de coutume il existe différents tarifs en fonction de si vous êtes ou non adhérents à l’association Vincennes en Anciennes, et du type de véhicule utilisé.

En ce qui concerne le programme, nous n’en avons pour l’instant que les grandes lignes avec un départ qui sera donné dès 8h sur l’esplanade du Château de Vincennes. Le parcours est annoncé comme inédit mais permettra néanmoins aux participants de découvrir les quartiers plus authentiques de Paris. Le thème de cette année fera la part belle aux monuments Art Déco avec notamment un passage à proximité du Grand Rex, du palais de Tokyo ou encore de celui de Chaillot. Au terme d’une boucle de 28 km, les participants reviendront sur l’esplanade du Château de Vincennes ou une partie des voitures seront exposées jusqu’à 16h en fonction de la météo.

.

Pour plus de renseignements : www.vincennesenanciennes.com

.

Morrissette de retour derrière le clavier

Vous l’avez surement constaté, mais depuis plusieurs mois les publications se font de plus en plus rares sur le site. En raison de changements professionnels, le temps est moins présent pour évoquer le monde de l’actualité de l’automobile ancienne et disserter sur son évolution. Rassurez-vous la passion est toujours bien présente et dès que l’emploi du temps nous le permet on passe un maximum de temps au volant d’une ancienne ou à l’atelier.

Prenons quelques minutes pour justement aborder l’évolution des blogs liés à l’automobile ancienne. Lorsque nous avons créé Morrissette Racing il y a 7 ans au mois de novembre 2010, pour beaucoup les notions de blog et d’automobiles anciennes étaient antinomiques. En caricaturant il y avait d’un côté les passionnés de voitures anciennes souvent relativement âgés et peu connectés et de l’autre des bloggeurs que l’on rencontrait plutôt dans l’univers de la mode, des voitures modernes ou encore du sport.

En sept années, les choses ont naturellement évolué, le monde de l’automobile ancienne s’est considérablement développé au point de devenir un business générant des millions d’euros. Tout comme notre société, les collectionneurs sont de plus en plus connectés. Les sites et les blogs se sont multipliés, on ne compte plus les pages dédiées sur les réseaux sociaux sans même évoquer le nombre de compte Instagram remplis de magnifiques photos de nos chères anciennes.
.

.

Cette évolution initialement positive cache pourtant un second coté plus pervers. En se multipliant les sites liés à l’automobile ancienne sont petit à petit devenus eux aussi un business. Les bloggeurs initialement indépendants le deviennent de moins en moins, ce qui joue indéniablement sur le ton des articles. Bien évidement personne ne vit actuellement de son activité de bloggeur dans le monde des anciennes, mais la course à l’audience est indéniable. Les invitations, les accréditations presse ou encore quelques informations diffusées en avant-première créent une forme de dépendance entre les marques / annonceurs et les bloggeurs.

Lors des quelques mois pendant lesquels nous avons pris du recul, nous sommes naturellement restés au fait de l’actualité de l’automobile ancienne et nous avons continué à lire la presse dédiée, les sites internet ainsi que les blogs. Un point a retenu notre attention, il devient de plus en plus difficile, voire impossible de parcourir un blog dédié à l’automobile ancienne sans être pollué par des bandeaux publicitaires, quand ce n’est pas des publicités au cœur même de l’article ou encore des articles sponsorisés. Que les quelques blogs qui continuent à être 100% sans publicité soient ici félicités pour leur résistance.

Ces quelques mois d’absence nous ont conforté dans l’idée qu’il y avait toujours de la place pour notre blog. Morrissette Racing continuera donc de donner son avis sans concession sur l’actualité de l’automobile ancienne. La fréquence des articles ne sera peut-être pas régulière car nous continuerons d’écrire uniquement sur les sujets qui nous intéressent. Morrissette est donc de retour derrière le clavier avant un retour plus assidu en piste pour la saison 2018.

.

Morrissette à l’Historic Tour du Val de Vienne 2017

Après s’être remis en jambes sur le circuit de Nogaro, Morrissette continuait et terminait sa saison 2017 le weekend dernier sur le tracé du Val de Vienne. Un circuit que la MG connait particulièrement bien en raison de ses nombreuses participations à Sport et Collection. Au programme pour Morrissette, 25 minutes de qualifications le samedi suivies d’une course d’une heure le dimanche.
.

.

Le samedi matin, lors des premières séances d’essai, une monoplace a eu la mauvaise idée de vidanger son moteur sur la piste. Eau et huile ne faisant pas bon ménage, il faudra près de deux heures aux commissaires de piste pour nettoyer le circuit. Notre séance d’essai qualificatifs est réduite à 20 minutes pour compenser le retard accumulé dans la matinée. Le règlement de l’ASAVE Racing 65 impose que les deux pilotes participent aux essais qualificatifs, dans ces conditions, difficile de se mettre en jambe avec au maximum 4-5 tours par pilote.

Il faudra attendre les dernières secondes de la séance d’essai pour que Morrissette signe un chrono de 2’07’877 ce qui nous donne le 11ème temps. La MG B se classe une fois encore derrière les deux Lotus Cortina du plateau mais vu les écarts de temps au tour il sera impossible de les suivre en course. La bataille aurait pu être belle avec une Sunbeam Tiger qui s’est qualifiée dans la même seconde que Morrissette. Malheureusement le V8 de la Sunbeam en décidera autrement et la voiture ne pourra prendre le départ de la course.

La météo du dimanche est moins clémente que celle du samedi après-midi et les averses s’enchainent tout au long de la journée. Le vent permet de maintenir la piste praticable mais celle-ci s’humidifie de plus en plus au cours de la journée. Au moment du départ, la piste est quasiment sèche, permettant aux voitures et aux pilotes de s’exprimer librement. Le départ de Morrissette aurait pu être excellent si son pilote n’avait pas raté le passage de la 3ème vitesse. Au final c’est donc un départ neutre, ni bon, ni mauvais ou la MG B se contente de conserver sa position. Rapidement les performances entrevues lors des qualifications se confirment, les Cortina disparaissent peu à peu au loin devant Morrissette et aucune voiture n’apparait dans le rétroviseur. Ce sera donc une course relativement anonyme en milieu de peloton où l’on se contente d’enchainer les tours les plus propres possibles.

La MG B remonte petit à petit dans le classement au grès des abandons et des soucis mécaniques rencontrés par les autres concurrents. A mi-course Morrissette rentre au stand pour changer de pilote au moment où la pluie s’intensifie peu à peu. La seconde partie de la course sera marquée par une longue intervention du safety car afin de pouvoir évacuer un concurrent en panne au milieu de la piste. Le safety car regroupe les voitures, mais lors d’une course d’une heure peu de concurrents sont encore dans le même tour. Au moment du restart, Morrissette bataille quelque tour avec une Austin Healey 100-4 sur laquelle elle finit par prendre le dessus. La MG B et sa pilote passent la ligne d’arrivée à la 8ème place au classement général.

.

.

Après ces deux courses d’ASAVE Racing 65 disputées en quelques semaines sur les circuits de Nogaro et du Val de Vienne, Morrissette va se reposer quelque temps pour mieux revenir pour une nouvelle saison en 2018.

.

Circuit des Remparts 2017

Qui dit journées du patrimoine dit nécessairement Circuit international des Remparts à Angoulême. Etant plutôt tournés vers les vielles roues à rayons que vers les vieilles pierres, nous avons pris le chemin de la Charente dimanche matin pour assister à l’édition 2017 du Circuit des Remparts.

La météo s’est montrée pour le moins capricieuse avec des températures dignes du mois de Novembre et une après-midi copieusement arrosée. Entre deux averses, les pilotes ont fait étalage de leurs talents sur un piste tantôt grasse, humide, détrempée ou séchante.

Le Circuit des Rempart ne figure au programme d’aucun championnat régulier de voitures de collection, les différents plateaux sont donc constitués pour l’occasion. On retrouve à parts à peu près égales des courses de monoplaces et d’autres de GT et berlines. En plus de ces deux grandes catégories, une démonstration de rallye mettant en scène les légendes du Groupe B était proposée aux spectateurs.
.

.

Malgré des plateaux quelque peu hétéroclites les batailles sont toujours au programme particulièrement en GT. Les plateaux Henri Greder et Jean Pierre Beltoise ont tenu les spectateurs en haleine tout au long des 30 minutes qui leurs étaient allouées avec de belles batailles pour la victoire finale mais également pour les places d’honneur. Le Circuit des Remparts est très court, puisqu’il développe un peu plus d’un kilomètre, et les plus rapides bouclent un tour en moins d’une minute. Les écarts y sont donc relativement restreints ce qui facilite grandement le spectacle en piste. Rappelons que le Circuit des Remparts d’Angoulême est le seul tracé urbain français à n’avoir pas évolué depuis l’époque où il accueillait les championnats internationaux de monoplaces.

Le Circuit des Remparts d’Angoulême lutte chaque année pour sa survie et l’équipe d’organisation a changé pour cette édition 2017. Seul fausse note, le prix des entrées fixé à 29€ par personne pour la journée de dimanche ce qui avait de quoi rebuter les moins fortunés. En dehors de ces considérations financières, l’organisation était bien huilée avec une gestion parfaite des contraintes liées aux plans Vigipirate et l’excellente idée de déplacer l’entrée des spectateurs dans le paddock afin de faciliter la vie de ces derniers mais également des équipes d’assistance.

Rendez-vous en 2018 sur le Circuit des Remparts en espérant que la météo soit plus clémente aussi bien pour les pilotes que pour les spectateurs et les organisateurs. Pour vous faire patienter jusqu’en septembre 2018, voici quelques photos prisent ce weekend.
.

La course de Morrissette à Nogaro vécue de l’intérieur

Hier, nous vous avons raconté en détail notre weekend de l’Historic Tour de Nogaro avec notamment les différents temps fort de la course, il est temps d’illustrer nos propos avec la caméra embarquée de la course. Bouclez votre harnais et embarquez à bord de Morrissette pour près d’une heure de course sous une météo pour le moins changeante. Vous retrouverez notamment :

  • 1ère minute : Un départ moyen
  • 2ème minute : Un dépassement osé sur une AC Cobra
  • 3ème minute : Un freinage du bout du monde sur cette même Cobra
  • 7ème minute : Une visibilité plus qu’aléatoire
  • 8ème minute : Un drapeau rouge
  • 9ème minute : Un départ réussi
  • 10ème minute : Une Alfa Romeo Giulia TZ vue de très très près
  • 12ème minute : Deux roues dans l’herbe
  • 13ème minute : Un dépassement raté
  • 30ème minute : Changement de pilote
  • 31ème minute : Une MG B joueuse à la sortie des stands
  • 43ème minute : Un dépassement de James Bond
  • 45ème minute : Une Ford Falcon en perdition évitée de justesse
  • 56ème minute : Un drapeau à damier bien mérité

.

.

Morrissette back on track

La dernière course de Morrissette avait eu lieu à Nogaro en Septembre 2016, un an tout juste après ses derniers tours de roue en compétition, la MG B est de retour dans le Gers pour une nouvelle course. Comme de coutume, la voiture est inscrite dans la catégorie ASAVE Racing 65, mais le règlement a changé : fini les deux courses sprint de 25 minutes et place à une course longue d’une heure avec arrêt changement de pilote au milieu de celle-ci.

Pour réussir sa rentrée des classes, Morrissette a profité de l’hiver et de l’été pour parfaire ses réglages, au menu un passage au banc pour optimiser l’allumage et la carburation ainsi qu’un changement des différents manomètres. Les antiques Smith ont laissé place à des plus modernes Stack, l’authenticité y perd ce que la précision y gagne. Merci au Garage de la Choletterie pour les réglages parfaits de la MG B en prévision de la course de Nogaro.

La météo gersoise n’est pas des plus clémente et si Claire a déjà eu l’occasion de rouler sur le circuit Paul Armagnac sous la pluie, cela sera une première pour Romain. Les séances d’essais libres du vendredi sont mises à profit pour valider les réglages et se remettre en jambe après 12 mois sans compétition. La MG B fonctionne bien et les interventions mécaniques se limitent aux réglages des freins arrière.
.

.

La samedi matin place aux choses sérieuses avec la séance d’essais qualificatifs. Celle-ci se déroulera intégralement sur piste sèche, petit à petit les chronos de Morrissette s’améliorent pour atteindre 1’55’721. Ce temps place la MG B au cœur d’un peloton d’anglaises puisque devant dans la même seconde on retrouve deux Lotus Cortina et quelques centièmes devant une Lotus Elan. Morrissette précède une autre anglaise mythiques, une Mini, de quoi annoncer de belles batailles en course.

Le dimanche les giboulées de printemps (même si nous sommes à la fin de l’été) rythment la matinée sur le circuit de Nogaro. Au moment du départ, la piste est sèche mais les nuages sont menaçants. Le départ de Morrissette est plutôt moyen car en collant trop le pilote de devant pour ne pas perdre la précieuse aspiration impossible de voir les feux de signalisation, ce sont donc quelques dixièmes qui s’envolent dès les premiers mètres. La MG B garde sa place dans le peloton souffrant principalement d’un déficit de vitesse de pointe dans la longue ligne droite de l’aérodrome. Cela n’empêche pas Morrissette de lutter avec une surpuissante AC Cobra et de prendre l’avantage à la régulière. Dès le deuxième tour, la pluie fait son apparition à certains endroits du circuit. Il pleut ainsi fortement sur la première partie du circuit alors que la fin du tour est entièrement sèche. Plus la pluie s’intensifie plus la MG B remonte au classement en prenant le meilleur notamment sur les Lotus Cortina.

La course est interrompue au drapeau rouge en raison d’huile sur la piste et d’une voiture mal placée. Le second départ est bien meilleur que le premier et Morrissette gagne plusieurs positions dans les premiers virages. La bataille en peloton nous offre l’occasion de passer quelques virages roues dans roues avec une rarissime et très onéreuse Alfa Romeo Giulia TZ. Après deux tours de bataille avec la Mini de Philippe Quirière, Romain tente un dépassement un poil optimiste dans la courbe faisant suite à la ligne droite des stands. L’entrée du virage sur les freins ne pardonne pas, la MG B part immédiatement en glisse pour finir sa course dans l’herbe. Un grand merci à Philippe qui a eu les bons réflexes pour éviter Morrissette en perdition devant le capot de sa Mini.

Une fois cette mésaventure passée, Morrissette reprend la piste et repart immédiatement à l’attaque pour récupérer les positions perdues lors de sa sortie de piste. En quelques tours, la position initiale est récupérée, mais impossible de remonter plus haut car la piste sèche de plus en plus.
.

.

A la mi-course, il est temps de passer le relai à Claire sur une piste séchante mais pas encore totalement sèche. Dès la sortie des stands, la MG B montre que sa puissance, certes limitée, est néanmoins largement suffisante pour faire glisser le train arrière sur piste grasse.

En cette deuxième partie de course, les écarts sont relativement marqués et il est difficile voire impossible de gagner des positions. Les chronos s’améliorent de tour en tour avec un piste séchante. Le coup d’œil dans le rétro au bon moment permet d’éviter une Ford Falcon en perdition, juste le temps d’ouvrir la trajectoire pour éviter la collision et celle-ci termine sa course dans le bac à gravier. Morrissette se montre particulièrement fiable et ne chauffe pas tout au long de la manche, de quoi passer sereinement le drapeau à damier après une heure de course. La MG B et son équipage termine à la dixième place du classement général, une position plus qu’honorable si on se réfère à la qualité du plateau composant la grille de l’ASAVE Racing 65.

A l’exception de la météo, ce weekend de reprise fut quasiment parfait. Nous ne savons pas encore quand Morrissette reprendra la piste mais espérons que ce sera le plus rapidement possible.

.
Ci dessous, la vidéo que vous attendiez tous 🙂 … nous mettrons en ligne la vidéo de la course complète très prochainement.
.

.

« Articles Précédents