Archives du Tag Lamborghini

Les résultats de la vente La Gombe

La vente aux enchères de la Collection Gérard Gombert a été beaucoup moins médiatisée que d’autres ventes (Baillon par exemple) mais celle-ci a néanmoins généré un intérêt certain si l’on en juge par le nombre de lecteurs de notre article sur le sujet. L’attrait des voitures ayant appartenues à la Gombe s’est confirmé jeudi lors de la vente avec près de 1000 personnes présentes physiquement et de nombreux enchérisseurs par téléphone ou par internet. Si l’on en juge par les résultats, ces personnes n’étaient pas simplement là pour le spectacle mais réellement avec l’intention d’acheter car les prix de très nombreux lots ce sont envolés.

Les résultats définitifs n’ont pas encore été publiés par Osenat mais les stars de la vente ont répondu présentes et même dépassé les attentes. L’Alpine A210 ayant participé aux 24 heures du Mans était mise à prix 80 000€, celle-ci a atteint plus de dix fois son prix départ puisqu’elle a été adjugée 872 800€ frais de vente inclus. Vu la somme de départ investie, la restauration de celle-ci devrait finalement couter moins cher que l’achat de l’épave.
.

resultats-la-gombe

.

Autre voiture très attendue que nous vous avions présenté, le roadster AC ayant notamment appartenu à Françoise Sagan a trouvé un nouvel acquéreur pour la somme de 150 000€. Là aussi de gros travaux de restauration sont à prévoir avant de pouvoir profiter du roadster britannique cheveux au vent.

Les enchères les plus folles se sont très certainement portées sur la Lamborghini Miura P400S. Celle-ci était grandement incomplète puisque subsistait environ la moitié de la voiture. Cette demi Miura n’aura pas refroidi les acheteurs qui se sont disputés celle-ci jusqu’à 150 000€ malgré un prix de départ de 20 000€.

Derrière ces têtes d’affiches, les autres voitures ont également réalisé des chiffres importants, notamment les divers modèles d’Alpine proposés à la vente. Une rare Alpine A110 cabriolet a trouvé preneur pour un peu plus de 48 000€. La plupart des autres berlinettes dieppoises ont été vendues à des prix supérieurs à 15 000€ malgré des états de délabrement plus ou moins avancés suivant les modèles.

Du côté des voitures plus classiques bien souvent vendues en lots afin de servir de banque de pièces détachées ou de projets de restauration, les prix ont été plus mesurés. Il y avait donc quelques affaires à réaliser lors de cette vente aux enchères mais en contrepartie les acheteurs se lancent dans des chantiers de restauration qui vont certainement s’étaler sur plusieurs années.

Après la vente de la collection Baillon, celle de La Gombe a connu également un très fort succès avec une envolée des prix sur certains modèles. L’attrait pour les sorties de grange, voire dans le cas présent les sorties d’abris ou de foret semble indéniable. Les acheteurs sont prêts à investir des sommes importantes dans ces voitures même si parfois le cout d’achat ajouté au coup de la restauration dépasse largement la valeur de la voiture sur le marché.
.

miura-la-gombe

.

Au lendemain de la vente La Gombe, une question demeure en suspens : ces voitures seront-elles restaurées ou simplement stockées en l’état comme des œuvres d’art et des souvenirs d’une époque révolue ?

.

L’incroyable collection La Gombe aux enchères

Les mois d’octobre et de novembre sont une saison propice aux ventes aux enchères. En effet, après la vente Leclere Motorcars du weekend dernier, les vacations vont se multiplier avec respectivement Automobiles sur les Champs par Artcurial, une vente organisée par Stanislas Machoïr, deux ventes dans le cadre d’Epoq Auto (Osenat et Aguttes) et enfin la vente de la collection Gérard Gombert.
.

osenat-la-gombe

.

Si ce dernier nom ne dit probablement rien à la plupart d’entre vous, certains se rappellerons de reportage sur ce personnage haut en couleur dit la Gombe et sa collection atypique de voitures. Initialement spécialisé dans la réparation de voitures en polyester, Gérard Gombert travail tout naturellement sur des Lotus Elan mais aussi sur des Alpine, marque pour laquelle il éprouvera un intérêt tout particulier. A côté de ses activités professionnelles, il se consacre aussi avec passion à des courses de motos dans le Sud de la France. De par ses affinités, La Gombe côtoie le showbiz des années 60 et les voitures de sport et de luxe qui vont avec cet univers. Dans les années 70, Gerard Gombert se porte acquéreur d’un vaste terrain sur la commune de Fayence dans le Var puis commence à y stocker des voitures en attente de réparation et d’autres faisant office de banques de pièce. Petit à petit les activités mécaniques cessent et les voitures s’entassent.

Le terrain de La Gombe baptisé l’Hacienda devient peu à peu un lieu de visite dont les passionnés s’échangent l’adresse. Le propriétaire des lieux acceptait ces visites à condition de respecter les lieux et les voitures et surtout de ne rien tenter de lui acheter. La Gombe s’est éteint au mois d’avril dernier et une partie des pièces qu’il avait accumulé a malheureusement déjà été volée par des personnes sans morale. Osenat organisera une vente des pièces de l’intégralité de la collection La Gombe le 10 Novembre prochain sur la commune de Fayence.
.

.

Outre les voitures, Gérard Gombert a également accumulé de nombreuses motos ainsi qu’une quantité très importante d’objets Automobilia. La vente débutera par ces objets et par les deux roues à partir de 10h30 et se poursuivra à partir de 14 heures avec les automobiles. Les voitures ont toutes ou quasiment subit les affres du temps et une restauration minutieuse sera nécessaire voir même une reconstruction pour certaines. Quelques autos privilégiées ont bénéficié d’un abri et sont donc moins abimées que leurs camarades stockées à l’extérieur.

Parmi les belles endormies plus ou moins abimées on notera la présence de nombreuses Alpine avec notamment une rare A210 qui a participé à trois reprises aux 24 heures du Mans. La voiture est à restaurer entièrement et serra mise à prix 80 000€. Du côté des productions dieppoises elle sera accompagnée par plusieurs A110 avec diverses motorisations, une A106, une A108, une A110 cabriolet.

Autre pièce d’exception de la vente aux enchères, une Lamborghini Miura P400S qui nécessitera certainement plusieurs années de restauration et qui est mise à prix 20 000€. Du côté des italiennes elle sera accompagnée par une Fiat Abarth Lombardi, une Alfa Romeo Montréal et un coupé Bertone.

La Gombe possédait également une AC Bristol Ace, si cette voiture est très rare, la sienne a la particularité d’avoir appartenue à Françoise Sagan grande amatrice de voitures de sport et de conduite rapide.
.

.

En dehors de ces autos on retrouvera pèle mêle des Lotus Elan, plusieurs Renault, des Peugeot 504 et de nombreux autres modèles. Plusieurs véhicules en très mauvais état seront vendus à la fin de la vente à partir du lot 330.

Le lien entre la collection La Gombe et la collection Baillon sera forcément fait puisque dans les deux cas il s’agit de voitures de collection ayant subi les ravages des années qui passent. Le parallèle n’est pas forcément pertinent puisque les voitures sont bien différentes aussi bien en ce qui concerne les époques que la rareté des voitures proposées. Une chose est sure, il faudra que les acheteurs estiment avec précision les travaux à entreprendre car l’achat de la voiture ne sera que la partie émergée de l’iceberg d’un point de vue financier. Il y aura indéniablement des affaires à faire lors de cette vente aux enchères mais pour des collectionneurs aguerris.

.

Exposition
Villa « L’Hacienda »
2635 route de Draguignan RD562
83440 FAYENCE

  • Mardi 8 novembre de 10h à 18h
  • Mercredi 9 Novembre de 10h à 18h
    .

Vente aux enchères
Jeudi 10 Novembre

  • Automobilia et Motos à partir de 10h30
  • Automobiles à partir de 14h

.
Les lots les plus importants sont détaillés dans le catalogue disponible ici

.
Pour les autres, il faut se rendre sur le site de la maison de ventes aux enchères Osenat.

.

Crédit photos : Osenat

.

Deuxième vente automobile Leclere à Drouot

Dans le monde de plus en plus compétitif des ventes aux enchères d’automobiles de collection en France, Artcurial Motorcars est incontestablement le leader. Derrière ce poids lourd mondial, on retrouve des maisons établies depuis plusieurs années comme Osenat où bien encore des acteurs plus récents qui rejoignent la mêlée. Parmi ces dernières, Aguttes à Lyon et Leclere à Paris sont les plus actifs.

Leclere organisera sa seconde vente dédiée à l’automobile de collection ce dimanche à l’hôtel des ventes Drouot situé au cœur du 9ème arrondissement de la capitale. Contrairement à ce que l’on connait habituellement, la vente ne propose pas d’objets Automobilia mais seulement des motos et des autos de collection. Cela permet d’avoir une vacation qui s’étend beaucoup moins en longueur, ce qui par conséquent rend la vente plus dynamique.
.

catalogue-leclere

.
Ce dimanche à partir de 15 heures, 39 lots seront proposés à la vente. Le catalogue est assez éclectique avec quelques voitures d’avant-guerre, de nombreuses sportives et grand tourisme des années 60, quelques voitures de compétition, des Youngtimer et enfin quelques GT relativement récentes. De quoi satisfaire une part relativement large d’acheteurs potentiels

Si le catalogue propose plusieurs voitures dépassant les 100 000 euros, la plupart des lots sont plus abordables, de quoi intéresser les collectionneurs qui n’ont pas gagné à l’Euro Millions où hérité d’une grande tante ces derniers mois. L’estimation la plus élevée porte sur une Lamborghini 350 GT de 1968. Celle-ci se présente dans un bel état et est estimée entre 650 000 et 700 000€.
.

Parmi les 40 lots proposés, cinq ont retenu plus particulièrement notre attention :

MG A Coupé 1959

Cette MG A a été coursifiée que ce soit en terme de look où de mécanique. On croise relativement peu de MG A en compétition historique alors qu’elles sont mécaniquement relativement proches des MG B et éligibles à la plupart des grandes compétions historiques. La voiture proposée à la vente est d’ailleurs dotée d’une mécanique de MG B. La MG A Coupé se présente dans les couleurs de compétition de la BMC utilisées au cours des années 50-60 à savoir rouge avec un toit blanc. La voiture est annoncée comme ayant un passeport FIA, ce qui semble curieux au vue de sa cylindrée.
.

.
Triumph GT6 Mk2 1969
Lors de leur sortie, les Triumph Spitfire puis GT6 ont eu mauvaise presse, la première rencontrant quelques soucis de fiabilité alors que la seconde était généralement qualifiée de Jaguar Type E du pauvre. La Triumph GT6 ne manque pas de qualité grâce à son moteur 6 cylindres en ligne mais également de part son look indéniablement réussi. La voiture de la vente à participé à une ancienne édition du Tour Auto et arbore toujours ses numéros de course sur les portes. Elle apparait néanmoins très proche de sa configuration d’origine et n’a pas bénéficié d’une préparation particulière.
.

Alfa Romeo Giulia Sprint GT1600 1965

Si vous êtes un Alfiste de cœur, la vision de la Giulia Sprint GT1600 vous rappelle immédiatement la mythique GTA. Si cette dernière est devenue totalement inaccessible, la Giulia Sprint GT de laquelle elle dérive directement offre de très bonnes prestations pour un fragment du prix de la GTA. La voiture proposée à la vente date de 1965 et a bénéficié il y a quelques années d’une préparation en vue d’une utilisation sur circuit. La Giulia a été all