Archives du Tag Type E

On vous emmène au Chinon Classic 2017

Le Grand Prix de Tours a déménagé depuis maintenant deux ans à une cinquantaine de kilomètres vers l’ouest pour s’établir à Chinon. Il convient donc désormais de l’appeler Chinon Classic. Si le lieu change, le programme reste le même et nous avons pris part au rallye et aux démonstrations de l’édition 2017.

Samedi matin, rendez-vous dans le centre-ville sur une place remplie d’automobiles anciennes, notre Jaguar Type E trouve une place entre plusieurs Austin-Healey. Ces dernières sont représentées en nombre car plusieurs membres du club de la marque prennent part au rallye touristique. Parmi les anglaises remarquables, on notera la présence de plusieurs Bentley et Lagonda d’avant-guerre. Celles qu’Ettore Bugatti baptisait les camions de la route sont déjà impressionnantes à l’arrêt, mais elles le sont encore davantage en action.

Les participants du rallye suivent le road book et s’élancent sur les petites routes de Touraine. Cette région étant riche en châteaux, le parcours fait naturellement la part belle aux petites routes entre les vignobles et nous allons d’un château à l’autre pour les différentes haltes prévues au programme.

Heureuse surprise, à mi-parcours, nous croisons les participants de l’Anjou Vélo Vintage tous habillés en tenues d’époque sur leurs vélos anciens. La rencontre des automobiles anciennes et des vélos donne un faux air de Goodwood Revival au cœur de la Touraine un samedi ensoleillé du mois de juin.
.

.

Après une pause déjeuner dans un domaine viticole de Saumur, il est temps de remettre le cap sur Chinon. Nous passons quelques kilomètres bloqués derrière une avant-guerre dite « caisse carré », impossible de dépasser sur les petites routes. A la première ligne droite nous faisons rugir les six cylindres de la Jaguar pour nous donner de l’espace. Ce dépassement sera de courte durée car au bout de quelques secondes nous perdons une partie de notre plaque de rallye … Nous devons faire demi-tour pour récupérer la dite plaque avant de nous rendre compte qu’en réalité celle-ci est toujours présente sur le capot, nous avons uniquement perdu un angle de la plaque. Le retour au point de départ du rallye se fera sans encombre.

Le dimanche matin Morrissette prend le relai pour les démonstrations dans le centre-ville de Chinon. Démonstrations obligent, celles-ci se font derrière le pace car à un rythme raisonnable pour éviter tous risques d’accident. La MG B trouvera tout de même quelques occasions de passer les chicanes constituées de bottes de paille à vive allure. Le public est présent en nombre lors des démonstrations du dimanche notamment encouragés par la météo très clémente du weekend.

Comme de coutume, nous vous avons ramé de nombreuses photos pour vous faire vivre de l’intérieur le Chinon Classic 2017.
.

Tour Auto 2017 : Classements et vidéo de la 1ère étape

Longue de plus de 450 kilomètres, la première étape emmenait les concurrents du Tour Auto 2017 depuis le Grand Palais jusqu’au port de Saint-Malo. Les épreuves chronométrées se sont toutes déroulées dans la Sarthe avec tout d’abord une épreuve spéciale sur routes fermées avant une autre disputée sur le circuit Bugatti au Mans. Les concurrents ont ensuite parcouru une longue étape de liaison pour rejoindre la Bretagne.

.

Compétition

Dès la première spéciale, le duo britannique James Cottingham / Andrew Smith a donné le ton en imposant leur Ford GT40. La puissante américaine n’est pourtant pas particulièrement à l’aise sur les petites routes françaises, mais sa puissance à fait la différence. A la seconde place on retrouve un pilote bien connu du Tour Auto, Ludovic Caron sur son AC Cobra. En troisième position, Bernard et Anne Penlae réalisent une très belle performance au volant de leur Porsche 911 2 litres.

En retrouvant le circuit qui a fait sa légende, la Ford GT40 était beaucoup plus à son aise et réalise un doublé puisque Smith / Cottingham s’imposent devant les deux Olivier Ellerbrock et Louisoder. Le podium est complété par un autre V8 américain avec l’AC Cobra de Frédéric Jousset et Paul Miliotis. Signalons que Ludovic Caron a eu des soucis électriques lors de l’épreuve du Mans qui lui ont fait perdre plus de deux minutes.
.

.

Logiquement Cottingham et Smith sont en tête à l’issue de la première journée de l’édition 2017 du Tour Auto. Ils devancent l’AC Cobra de Jousset / Miliotis et la GT40 de Ellerbrock / Louisoder. C’est donc un podium exclusivement composé de V8 américain qui se dessine au soir de l’arrivée à Saint-Malo. Jean-Pierre Lajournade, le vainqueur des deux précédentes éditions place sa Jaguar Type E au pied du podium après avoir été régulièrement aux avant-postes toute la journée.
.

Pos

Pilote / Copilote

Nat Voiture Temps Ecart

1

Andrew SMITH / James COTTINGHAM

GBR/GBR Ford GT40 20m26s

2

Frédéric JOUSSET / Paul MILIOTIS

FRA/FRA

Shelby Cobra 289

21m27s 1m01s
3 Olivier ELLERBROCK / Olivier LOUISODER DEU/DEU Ford GT40 21m32s

1m06s

.

Périodes G1 et G2

Lors de la première spéciale du jour, c’est un pilote Porsche bien connu qui s’impose, Claudio Roddaro et Marco Antonacci placent leur 911 devant l’Alpine A110 de Richard Doux et Sylvain Guy. Ce podium hétéroclite est complété par Daniel Viard et Didier Haquette sur Ford Escort.
.

.

Comme dans le plateau compétition, le circuit Bugatti réussit à une GT40 puisque Philippe Vandromme et Frédéric Vivier s’imposent. Daux / Huy se classent de nouveau second en devançant l’Alfa Romeo 1750 GTAM de Jorg Richard et Louis Lemberg.

Au terme de cette première journée on retrouve sur le podium provisoire les mêmes pilotes et voitures que lors de l’épreuve du circuit Bugatti.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart

1

Philippe VANDROMME / Frédéric VIVIER FRA/FRA Ford GT40 22m07s

2

Richard DOUX  / Sylvain GUY FRA/FRA Alpine A110 1800 22m25s

0m18s

3

Jorg Richard LEMBERG / Louis LEMBERG

DEU/DEU Alfa Romeo 1750 GTAM 23m46s

1m39s

.

Périodes H1, H2 et I

La aussi la première épreuve voit une Porsche s’imposer, il s’agit de la 911 RSR 2,8L de Raymond Narac et Michel Lecourt. On retrouve ensuite la De Tomaso Pantera de Didier Sirgue et Jean Michel Carrière. Le podium constitué d’habitués du Tour Auto est complété par Mr John of B et Sibel sur leur toujours impressionnante Ligier JS2 DFV.

L’épreuve mancelle verra la Porsche ayant remporté la spéciale précédente plonger dans le classement. Très à l’aise sur les circuits, la Ligier JS2 de John of B / Sibel s’impose avec quasiment une minute d’avance sur ses plus proches rivaux. On retrouve ensuite Christophe Grenier et Guillaume Puget sur leur Ferrari 308  GTB Gr.IV. Le podium manceau est complété par la Porsche 911 RSR 3.0L des américains Cooper Mac Neil et Gunnar Jeannette.

Au soir de la première journée on retrouve logiquement John of B / Sibel à la première place du classement général provisoire. Ils devancent Sirgue / Carriere au volant de leur De Tomaso Pantera. Grace à leur performance sur le circuit Bugatti Grenier / Puget hissent leur Ferrari sur la troisième marche du podium provisoire.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 John of B. / SIBEL FRA/FRA Ligier JS 2 DFV 20m10s

2

Didier SIRGUE / Jean Michel CARRIERE FRA/FRA De Tomaso Pantera 21m07s 0m57s
3 Christophe GRENIER / Guillaume PUGET FRA/FRA Ferrari 308 GTB GrIV 21m23s

1m13s

.

.

Régularité

Dans la catégorie régularité, la première épreuve est remportée par un équipage ayant déjà remporté deux fois le Tour Auto. Il s’agit de la Ferrari 250 GT Berlinetta des argentins Martin H. et Francisco Sucari. Ils devancent la Peugeot 504 engagée par le constructeur de Sochaux et confiée aux mains du journaliste Etienne Bruet et de Laurent Picard. Jérôme Dupard et Emmanuel Saussereau se classent troisièmes au volant de leur Ford Escort Mexico. Comme souvent en régularité, les écarts sont très faibles.

C’est un nouvel équipage argentin composé de Tomas Hinrichsen et Solange Mayo qui l’emporte au volant de leur Maserati 200 SI. Ils devancent les spécialistes de la régularité Georges Henri Meylan et Julien Stervinou sur Alpine A110 1800 GrIV. Le podium est complété par d’autres habitués, à savoir John A. et Dorine Mollenkamp sur Lotus Elan. Sur circuit les écarts sont plus faibles encore que lors des épreuves spéciales.

Le classement général est dominé par un équipage n’ayant pas figuré dans le top 3 des deux épreuves de la journée. Il s’agit de Claudio et Arturo Scalisse sur Porsche 911 RS 2.7L. On retrouve ensuite respectivement les équipages Dupard / Saussereau et Meylan / Stervinou.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart

1

Claudio SCALISSE / Arturo SCALISSE ARG/ITA Porsche 911 RS 2.7L 0m06s
2 Jérôme DUPARD / Emmanuel SAUSSEREAU FRA/FRA Ford Escort Mexico 0m06s
3 Georges Henri MEYLAN / Julien STERVINOU CHE/FRA Alpine Renault A110 1800 GrIV 0m07s

0m01s

.

Vous pouvez retrouver les classements détaillés de toutes les catégories (VHC, Indice de Performance, G1, G2, H1, H2, I et Régularité) ainsi que le classement en direct des étapes en cours en cliquant ici.

.

Pour compléter ces classements, voici le résumé en vidéo de cette première étape du Tour Auto 2017 disputée entre Paris et Saint-Malo :
.

.

.

La deuxième étape du Tour Auto disputée mercredi 26 avril emmènera les concurrents du Tour Auto depuis Saint-Malo jusqu’à Nantes. Aucun circuit n’est au programme mais trois épreuves spéciales seront disputées sur les petites routes de Bretagne.

.

 

Les forces en présence au départ du Tour Auto 2017

Le Tour Auto 2017 s’élancera dans quelques heures depuis Paris, les voitures sont arrivées dimanche après-midi sous la verrière du Grand Palais. La journée de lundi permettra aux mécaniques de se reposer car la journée sera dédiée aux vérifications techniques et administratives. La compétition débutera réellement mardi matin pour se terminer dans la nuit de samedi à dimanche aux alentours de Biarritz.
.

.

Nous vous avions déjà présenté le parcours détaillé il y a quelques jours, intéressons-nous désormais aux forces en présence. Du coté des favoris, Jean-Pierre Lajournade au volant de sa Jaguar Type E sera de nouveau au départ et tentera de réaliser la passe de trois après avoir remporté les éditions 2015 et 2016. Face à lui on retrouvera une armée d’AC Cobra emmenées notamment par Ludovic Carron. Toujours du côté des américaines, deux Ford GT40 lutteront pour la victoire finale aux mains de Andrew Smith / James Cottingham et Olivier Ellerbrock.

Parmi les prétendants au podium n’oublions pas les voitures de plus petites cylindrées, notamment les Lotus Elan pilotées par Damien Kohler ou encore Nicolas Melin. Les MG B seront largement représentés dans le plateau 3 avec pas moins de quatre roadsters à l’octogone au départ de l’édition 2017 du Tour Auto.

En catégorie régularité, il est difficile de dégager un favori tant les écarts sont variables d’une spéciale à une autre et d’une année à l’autre. Parmi les célébrités engagées, Gregory Galiffi le présentateur de l’émission Direct Auto sera au départ au volant d’une Alfa Romeo Giulia 1300 GT Junior en régularité. Dans la même catégorie on retrouvera le bassiste de Colplay, Guy Berryman qui disputera l’épreuve avec une Ferrari Dino 246 GT.
.

.

En ce qui concerne les constructeurs, Peugeot continue son engagement au Tour Auto avec la participation d’une Peugeot Coupé 204 et d’une 504. La décoration nous semble moins réussi que celles des voitures engagées l’année précédente mais cela est une simple question de gout. Les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques françaises disparues, c’est pourquoi l’on retrouve plusieurs CG, René Bonnet et autres Jidé au départ de l’épreuve.
.

Retrouvez ici la liste complète des participants au Tour Auto 2017 répartis dans les différentes catégories.

.

Goodwood 75th Members Meeting : les photos du dimanche

La deuxième et dernière journée du 75th Goodwood Members Meeting aura tenu toutes ses promesses avec de magnifiques courses particulièrement homogènes et disputées. La Weslake Cup ouvre les hostilités avec de nombreux modèles méconnus du grand public mais qui vont pourtant se livrer une belle bataille tout au long de la course. Une sortie de piste suivie d’un drapeau rouge mettra un terme à la magnifique lutte opposant les deux premiers.

La journée se poursuit avec des courses de monoplaces tout aussi disputées et il faut bien souvent attendre les derniers tours voire les derniers virages pour savoir qui va l’emporter ou bien prendre une place sur le podium.
.

.

A la mi-journée le S.F Edge Trophy oppose des voitures d’avant-guerre que les britanniques appellent les « Edwardians ». Ces véhicules improbables qui en dehors des roues ont peu de chose en commun avec les véhicules que nous connaissons actuellement, assurent le spectacle simplement de par leur présence sur la piste. Mais puisqu’il ne s’agit pas d’une démonstration mais bien d’une course, les pilotes utilisent les véhicules à leurs limites n’ayant pas peur des dérapages plus ou moins contrôlés, le tout avec des freins à câbles à l’efficacité quasiment nulle.

Grand moment de cette journée, le Graham Hill Trophy qui oppose les GT des années 60 sera disputé de bout en bout. Si les luttes sont présentes à tous les niveaux du plateau, elle est acharnée entre les trois prétendants à la victoire finale. La première partie de course opposera les Cobra des duos Lynn/Pirro et Gans/Wolfe. Finalement les deux Cobra seront dépassées par la redoutable TVR Griffith 400 de Whitaker/Jordan qui profitent de l’occasion pour s’offrir une victoire de prestige sur le circuit de Goodwood.
.

.

Les deux dernières courses de la journée à consonance américaine seront quelques peu chaotiques. La Pierpoint Cup opposant des V8 Yankee, Ford Mustang, Galaxie et autres Falcon se terminera par un drapeau rouge après avoir vu plusieurs sorties de piste. Le Surtees Trophy clôturant la journée au son des prototypes de Can Am et des GT40 sera quelque peu écourté après une période sous safety car et la tombée de la nuit.

Difficile de retranscrire par écrit le spectacle du Members Meeting tant il y a de choses à voir sur et en dehors de la piste. Voici une sélection de photos de la journée de dimanche :
.

.

Goodwood 75th Members Meeting : les photos du samedi

Revenir à Goodwood dans le cadre du Members Meeting, quelques mois après le Revival donne ce sentiment étrange de revenir dans un endroit connu mais sans la foule qui accompagne le célèbre meeting du mois de Septembre. La qualité des plateaux et de l’accueil est la même mais le public est bien moins nombreux, on peut accéder partout et l’on ne fait quasiment jamais la queue. Cette facilité d’accès associée à la soirée unique du samedi soir fait toute la spécificité du Members Meeting qui est un complément incontournable du Revival.

Mais si l’on vient avant tout à Goodwood c’est pour la qualité des autos présentées et les batailles en piste. Dans ces domaines, le Members Meeting ne failli pas à la réputation d’excellence du circuit du West Sussex. Le nombre de Cobra, Jaguar Type E ou autres GT40 donne le ton dès l’entrée dans le paddock. Si l’on ajoute a ces voitures mythiques des plus originales voitures d’avant guerre ou encore des spécificités toutes britanniques, vous vous retrouvez face a une qualité de voitures présentées difficilement égalable.
.

.

Quand aux luttes en piste, celles-ci sont toujours de haute volée. La piste humide de ce samedi matin a donné lieu à de véritables séances de drift. Chaque pilote voulant absolument passer les virages le plus rapidement possible afin d’aller chercher les quelques dixièmes de secondes qui feront la différence pour une bonne position sur la grille de départ. Le deux courses de la soirée ont été très disputées, notamment le Gerry Marshall Trophy dont l’issue est demeurée incertaine jusqu’à quelques minutes du drapeau à damier.

Pour retranscrire en images, ces impressions de la première journée du 75th Members Meeting de Goodwood, voici une sélection de photos prisent aujourdhui :
.

.

Les Grandes Marques du Monde au Grand Palais 2017 par Bonhams

Nous continuons notre revue des ventes liées au salon Rétromobile 2017. Après nous être intéressés à la vente RM Sotheby’s, nous vous proposons une revue du catalogue de la seconde vente d’un point de vue chronologique organisée par Bonhams. Comme lors des années précédentes, la vente est intitulée Les Grandes Marques au Grand Palais et se tiendra le jeudi 9 février prochain sous la verrière du Grand Palais.

Les ventes aux enchères de la semaine de Rétromobile 2016 avaient obtenu des résultats pour la plupart en deça des attentes des maisons de ventes aux enchères et Bonhams avait été particulièrement touchée par cette contre-performance.

Pour redresser la barre en 2017, Bonhams a particulièrement travaillé son catalogue afin d’offrir des voitures de qualité mais également un choix le plus large possible. Comme de coutume, le catalogue va des avants guerres aux supercars modernes. Bonhams s’est fait une spécialité des ancêtres et proposera notamment deux Benz de 1893 et 1900 ainsi qu’une Panhard & Levassor de 1902.

Exposition des véhicules :

  • Mercredi 8 février de 9h à 17h30 (sur présentation du catalogue – 50€)
  • Jeudi 9 février de 8h à 9h (entrée libre)
  • Jeudi 9 février à partir de 9h (sur présentation du catalogue)

.

La vente se déroulera le Jeudi 9 février et débutera à partir de 12h avec les objets d’automobilia. La vente se poursuivra avec les deux roues à partir de 13h et seront suivies des automobiles à partir de 13h30. Près de 130 voitures seront mis aux enchères, la vente devrait donc s’étaler sur de nombreuses heures, surtout si les lots sont âprement disputés.

.

Les stars de la vente

La voiture la plus chère du catalogue est une Aston Martin Sport Ulster de 1935. Ce type de voiture n’est pas forcément très apprécié en France, mais il est plébiscité outre-manche. La voiture présente un historique impressionnant avec notamment un engagement aux 24 heures du Mans 1935. La voiture a terminé l’épreuve à une honorable 10ème place. L’Aston Martin a participé à diverses compétitions au cours des années 30 mais également plus récemment à des compétitions historiques comme en témoignent les nombreux stickers présents sur la carrosserie. L’histoire de la voiture est parfaitement documentée et la voiture est estimée entre 1,6 et 1,8 millions d’euros.
.

.

Toujours du côté des voitures extrêmement chères on notera la présence d’une Mercedes 300 SL. Si cette voiture n’est pas rare lors des ventes aux enchères, nous souhaitions mettre en avant ici les magnifiques photos présentant la 300 SL rouge dans un environnement brumeux. Si vous souhaitez acquérir la voiture pour réaliser les mêmes clichés, il vous faudra débourser entre 1,1 et 1,3 million d’euros.

.

Place aux utilitaires

On ne s’attend pas forcément à trouver des véhicules à vocation utilitaires au Grand Palais pourtant plusieurs figurent au catalogue Bonhams. L’an dernier un magnifique fourgon Romeo avait retenu notre attention. Cette année, la vente Les grandes Marques du Monde au Grand Palais proposera notamment une Renault Goetlette Pickup, un Land Rover Pickup, un original camion MV Agusta 1100 D2 AutoCarro ainsi qu’une plus ancienne Fiat 508 Ballila Pickup.
.

.

Notre coup de cœur de la vente est la Renault 4CV “pie”, un modèle mythique de la Police Française. Il s’agit ici d’un modèle de 1955 ayant réellement servi dans la Police, divers certificats accompagnant la voiture attestent de son originalité. Après sa carrière dans les forces de l’ordre, la 4CV a entamé une carrière cinématographique avec des apparitions plus ou moins remarquées dans de nombreux films dont l’Ours.
.

.

God Save the Jaguar E-Type

Du côté des anglaises, la marque la plus représentée est Jaguar avec notamment six Type-E couvrant tous les modèles allant de la série 1 à la série 3. Parmi les Type-E une magnifique version semi-lightweight de compétition que l’on verrait bien rejoindre notre garage si nos finances nous le permettaient. Si la voiture présente toutes les spécifications d’une voiture de compétition, elle n’a cependant pas le précieux passeport FIA nécessaire pour l’utiliser en compétition. Contrairement à ce qui est annoncé dans le catalogue, la voiture ne semble pas non plus pourvue de son arceau de sécurité. Si vous souhaitez acquérir cette belle anglaise, il faudra donc prévoir un budget supplémentaire aux 250 000€ à 300 000€ de l’estimation.
.

.

Toujours du côté britannique, plusieurs Aston Martin seront proposées à la vente avec notamment des V8 qui s’affirment de plus en plus en collection.

.

Allons enfants de la patrie

Impossible de réaliser une vente aux enchères en France et qui plus est au Grand Palais sans y inclure des automobiles françaises. La vente proposera donc trois Facel Vega, une Facelia, une FV3B ayant appartenue à Maurice Trintignant et enfin, le sommet de la gamme une HK500 et son redoutable V8.

Toujours du côté français, les Grandes Marques du Monde au Grand Palais proposera une Bugatti Type 27 Brescia Torpedo, une Delage D8 Cabriolet carrossée par Figoni ainsi qu’un rare Talbot Lago T14 America Coupé. Plus moderne, une Renault 5 Turbo Groupe B ex usine de 1983 sera également proposée à la vente avec une estimation ambitieuse entre 200 000€ et 300 000€.
.

.

Retrouvez ici l’intégralité du catalogue de la vente Les Grandes Marques du Monde au Grand Palais 2017

.

 

Aston Martin va re-frabriquer des DB4 GT

Les re-fabrications ou continuations semblent à la mode chez les constructeurs de voitures de sport et particuliers britanniques. Jaguar a lancé le mouvement en re-fabricant les Type E Lightweight et XKSS « manquantes ». C’est désormais au tour d’Aston Martin d’annoncer la re-fabrication d’un modèle mythique la DB4 GT.

Jaguar avait utilisé le prétexte plus ou moins discutable que des numéros de châssis avaient été attribués à l’époque aux Type E Lightweight mais que pour diverses raisons les voitures n’avaient pas été fabriquées. La marque de Coventry se proposait donc simplement de corriger cette erreur de l’histoire et de combler les vides laissés dans les numéros de châssis.
.

db4-gt

.

Dans le cas d’Aston Martin, aucune justification de ce type, si ce n’est la volonté de construire 25 DB4 GT supplémentaires et accessoirement de faire rentrer de l’argent dans les caisses du constructeur.

Petit rappel historique, l’Aston Martin DB4 était l’une des voitures de sport les plus performantes et désirables de son époque. La belle anglaise propulsée par un 6 cylindres en lignes bénéficiait du principe de construction Superleggera chère à la carrosserie Touring en Italie. Ce principe consistait à apposer une carrosserie en aluminium sur un treillis de tube en acier offrent un compromis poids / résistance particulièrement favorable.

Malgré toutes ses qualités, l’Aston Martin DB4 peinait en compétition face à ses rivales de l’époque parmi lesquelles les redoutables Ferrari 250 GT châssis court. Pour améliorer les performances de la voiture, Aston Martin mit en production une série GT à la fois allégée et plus puissante que la DB4 classique. Grace à une optimisation du moteur et au recours au double allumage, le moteur dépassait les 300 chevaux. 75 exemplaires furent produits au début des années 60.

C’est cette série qu’Aston Martin se propose aujourd’hui de compléter avec la re-fabrication de 25 exemplaires supplémentaires. Ceux-ci seront produits comme le veut la tradition dans les ateliers de Newport Pagnell. Les voitures ne sont pas destinées à la route mais uniquement aux compétitions sur circuits. En échange de la somme de 1,5 millions de livres, les futurs acquéreurs bénéficieront outre de la voiture, de cours de pilotage, ainsi que d’un programme dédié sur les circuits du monde entier.
.

atelier-db4-gt

.

Vidéo de la semaine #267

Chaque semaine Morrissette met à l’honneur une vidéo qui a particulièrement retenu son attention. Toutes les vidéos ont pour thème l’automobile, que ce soit ancienne ou moderne.

La vidéo de la semaine :
A la suite de la refabrication des Jaguar Type E lightweight « manquantes », Jaguar Classic avait annoncé qu’ils appliqueraient le même principe aux XKSS. Après plusieurs mois de travail, la XKSS produite selon les mêmes procédés qu’il y a 60 ans a été présentée lors du salon automobile de Los Angeles. Lorsque l’on pense à la Jaguar XKSS et à Los Angeles on pense immédiatement aux célèbres images de Steve McQueen au volant du bolide de Coventry. C’est aussi le parallèle que Jaguar Classic a choisi dans la réalisation de la vidéo de présentation de la nouvelle XKSS. Tout y est : la maison sur les hauteurs de Los Angeles, la présence de motos dans le garage, le look que le King of Cool ne renierait pas et enfin la balade sur des routes qui ressemblent beaucoup à Mulholland Drive. Si vous souhaitez vous prendre pour Steve McQueen il est trop tard car toutes les XKSS refabriquées sont déjà vendues, en revanche rien n’empêche de rêver :

.

.

.

» Lire la suite

Vidéo de la semaine #266

Chaque semaine Morrissette met à l’honneur une vidéo qui a particulièrement retenu son attention. Toutes les vidéos ont pour thème l’automobile, que ce soit ancienne ou moderne.

La vidéo de la semaine :
JD Classics est un spécialiste des voitures de collection renommé outre-manche. Leur catalogue s’apparente à une véritable liste de Noël pour gagnants de l’Euromillions tant il regorge de trésors inaccessibles pour le commun des mortels. Le département compétition de JD Classics a remporté des courses partout à travers l’Europe, notamment au Grand Prix Historique de Monaco, au Mans Classic où encore à Goodwood. La Jaguar Type E pilotée par Chris Ward et Gordon Shedden a ainsi réalisé le tour de force de remporter deux années consécutives le très réputé et disputé RAC TT Celebration lors du Goodwood Revival. Replongeons avec JD Classics dans la course 2016 :

.

.

Pour revivre la course du RAC TT Celebration 2016 en intégralité, c’est par la :
.

.

» Lire la suite

Retour sur le Goodwood Revival 2016

Après avoir repris le ferry en direction de la France, effectué le parcours retour au volant de l’Austin-Healey 3000 et trié les photos, il est temps de revenir plus en détails sur le Goodwood Revival 2016. Les organisateurs présentent l’évènement comme un retour dans le temps magique et force est de constater que ce slogan n’est pas usurpé. Tout au Goodwood Revival est fait pour que vous ayez l’impression de vous retrouver au cœur des années 60 et aucune fausse note ne vient perturber cette mécanique désormais bien rodée.
.

img_4518

.

Au Revival, le spectacle est partout, principalement en piste où les courses sont plus disputées les unes que les autres. Le niveau de pilotage et de maitrise est tel que les pilotes parviennent à vous intéresser à des plateaux qui d’ordinaire n’auraient pas spécialement attiré votre attention. Placés comme lors de chacune de nos visite au Goodwood Revival dans la tribune de Woodcote, nous avons pu admirer l’illustration de quelques termes très britanniques comme « close racing », « going sideways » où encore « opposite sidelock ». Tous ces termes difficilement traduisibles mot à mot désignent des batailles en peloton où les voitures sont rarement droites et le plus souvent en dérive totalement maitrisée.

Voici quelques une de nos courses coup de coeur bien évidement accompagnées de leurs habituelles galeries photos :
.

RAC TT Celebration
L’incontournable RAC TT Celebration et son plateau à plusieurs centaines de millions d’euros se résume de plus en plus à un duel entre Jaguar Type-E et AC Cobra. La course a été disputée de bout en bout entre la Jaguar du duo Ward / Shedden et la Cobra de l’équipage néerlandais Hart / Van der Gard. Le résultat de la course se décidera suite à une touchette entre les deux voitures, la Type-E s’en sortira le mieux et remporta le RAC TT Celebration pour la seconde année consécutive.

Retrouvez ici toutes nos photos du RAC TT Celebration :

img_5218
Goodwood Revival 2016 :
RAC TT Celebration

.

Kinrara Trophy

Le Kinrara Trophy faisait sa première apparition lors du Goodwood Revival 2016 et se disputait dès le vendredi soir à la tombée de la nuit. Cette course réservée aux GT pré 63 offrait une belle diversité de voitures, celles-ci semblant (en apparence du moins) plus proches de l’origine que leurs camarades du RAC TT Celebration. Le Kinrara Trophy rappelait d’ailleurs les premières éditions de ce même RAC TT Celebration lorsque le plateau était plus divers et les voitures moins optimisées. Le Kinrara Trophy a vu la victoire de l’équipage Macari / Kristensen sur une Ferrari 250 GT châssis court et restera indéniablement comme notre coup de cœur du weekend.

Retrouvez ici toutes nos photos du Kinrara Trophy :

img_4632
Goodwood Revival 2016 :
Kinrara Trophy

.

St Mary’s Trophy

Lorsque l’on a appri que la course du St Mary’s Trophy du Goodwood Revival 2016 serait une course monotype opposant des Austin A35, nous avons regretté les batailles entre Mini et Jaguar Mk2 chères à notre cœur. Force est de constater que le St Mary’s Trophy édition 2016 a été une réussite, le niveau des pilotes et des voitures étant très proche, cela a donné lieu à des courses très disputées. Les courses sont restées très propres et il n’y a pas eu de touchette à déplorer. Une Austin A35 est parti en tonneau, mais cela fait suite à une sortie large d’un virage et non à une poussette d’un autre concurrent. Le spectacle offert par ces petites A35 qui semblent tout droit sortie d’un dessin animé a ravi les spectateurs.

Retrouvez ici toutes nos photos des Austin A35 du St Mary’s Trophy :

img_4585
Goodwood Revival 2016 :
St Mary’s Trophy

.

Comme lors des éditions précédentes, le spectacle du Goodwood Revival 2016 n’a pas lieu uniquement en piste mais également aux alentours. Les spectateurs participent en s’habillant comme à l’époque et on estime que plus de 90% du public joue le jeu. Les pistes de danses sont également présentes et de nombreux comédiens animent les différents paddocks et espaces publics pour assurer un spectacle total.
.

img_5255

.

Retrouvez ici notre galerie photo pour vous replonger dans l’ambiance unique du Goodwood Revival 2016 :

img_5249
Goodwood Revival 2016 :
Ambiance & Paddocks

.

.

Si vous les avez raté au cours du weekend, voici notre sélection de photos jour par jour :

img_4666 img_4868 img_5161
Goodwood Revival 2016 :
Vendredi
Goodwood Revival 2016 :
Samedi
Goodwood Revival 2016 :
Dimanche

.

 

« Articles Précédents