Archives du Tag Le Mans

Le Mans Classic 2018 : les photos du Jaguar Classic Challenge

Sur le papier, le Jaguar Classic Challenge regroupait différents modèles de Jaguar pré 66. On devait notamment y retrouver des XK120, 140 ou 150, des Type C, D et E ainsi que des berlines Mk I et Mk II. Dans les faits, le Jaguar Classic Challenge qui se tenait en lever de rideau du Mans Classic 2018 s’est plutôt apparenté à une course monotype de Jaguar Type E agrémentée de quelques autres modèles.
.

.

Les résultats des qualifications en attestent puisque la pole position revient à Martin O’Connell au volant d’une Jaguar Type E. Derrière lui, on retrouve pas moins de quinze voitures du même modèle avant de voir apparaitre une Type D. En bouclant son tour de qualification en 4 minutes et 51 secondes il reléguait le reste du peloton a plus de 8 secondes, de quoi voir venir lors de la course du samedi. La majorité des pilotes du Jaguar Classic Challenge venaient directement d’outre manche. Ils étaient, à l’occasion de la course du Mans, accompagnés par quelques pilotes Européens et Français.

La course d’une durée de 55 minutes confirme l’hégémonie des Type E puisqu’elles monopolisent les 21 premières places du classement final. Tout en haut du classement on retrouve Martin O’Connell. Sa victoire n’a cependant pas été un long fleuve tranquille comme le laissait craindre les temps de qualification. Au final il devance de 16 secondes Marcus Von Oeynhaussen. Le podium est complété par le duo Vincent Gaye / Antony Reid qui accusent 46 secondes de retard sur le vainqueur.

Les écarts sont au final relativement importants mais la course a donné lieu a de belles batailles notamment pour les places d’honneur. Plusieurs voitures ont effectué leurs arrêts aux stands au même moment et se sont notamment doublées dans la voie de décélération.

Au-delà des résultats, voici les photos du Jaguar Classic Challenge disputé en ouverture du Mans Classic 2018 :

On vous emmène au Mans Classic 2018

Nous avons décidé de ne pas traiter le record d’affluence de 135 000 spectateurs lors de l’édition 2018 ou encore les 12,6 millions d’euros obtenus lors de la vente Artcurial. La cuvée 2018 du Mans Classic a incontestablement été un succès, mais plus que les chiffres, nous avons décidé de vous faire vivre le Mans Classic du coté spectateur. Nous entendons par spectateur, la grande majorité des gens qui ne disposent pas de pass VIP ou d’accès privilégié mais simplement de son entrée enceinte générale, agrémentée de suppléments paddock et tribune dans notre cas.

Dès le vendredi matin, ça bouchonne un petit peu aux abords du circuit, rien de bien grave, juste le signe que les spectateurs seront au rendez-vous tout le long du weekend. Le vendredi, les tribunes sont en accès libre, on en profite donc pour explorer de nouvelles tribunes, et en particulier la Dunlop située en face de la chicane du même nom.

Avantage des tribunes ce weekend, celles-ci offrent un peu d’ombre bienvenue par ces températures caniculaires. Lorsqu’il y a un peu de vent on se sentirait presque VIP tant la chaleur est plombante dès que l’on quitte l’ombre pour rejoindre le bitume. Pour tout voir au Mans Classic, les trois jours ne sont pas de trop car entre la piste, les paddocks, les différentes expositions et les clubs il y a largement de quoi occuper weekend. On commence par regarder les premiers essais avant de faire un tour dans le village et une première visite des paddocks.
.

.

Les paddocks sont relativement calmes, les voitures n’ayant pas roulé il n’y a pas encore réellement de mécanique mais plutôt des nettoyages ou des réglages de dernière minute. Avec les premiers essais qualificatifs du vendredi, on distingue déjà la hiérarchie des plateaux, certains s’annoncent plus disputés que d’autres.

En fin de soirée, les températures descendent légèrement permettant de déambuler plus librement au bord du circuit et dans les tribunes. On quitte le circuit avant la fin des essais de nuit, il y aura encore du temps pour voir les autos en piste.

Le samedi tout s’accélère, les spectateurs se multiplient autour du circuit pour atteindre le chiffre record que l’on évoqué en introduction. Les essais libres et qualificatifs deviennent des courses et les pilotes prennent plus de risques pour défendre leur position ou en conserver une. La course du Jaguar Classic Challenge donne le ton du weekend : des batailles acharnées mais également beaucoup de drapeaux jaunes et de slow zones qui hacheront quelque peu les courses. Après cette première course c’est au tour des Group C et de la démonstration Global Endurance Legends de prendre la piste.

La seconde course réservée aux Porsche se verra longtemps neutralisée, plusieurs voitures ayant perdu de l’huile sur la piste. La légendaire fiabilité de Porsche est mise à mal lors de cette course et de nombreux 6 cylindres à plats rendent l’âme avant de voir le drapeau à damiers.
.

.

Après ces premières courses, il est temps de faire place aux courses habituelles du Mans Classic. C’est d’abord les plus jeunes qui prennent le départ. Tout se déroule bien pour Little Big Mans et aucun faux départ n’est à signaler cette année. On ne pourra pas en dire de même le lendemain lorsque les adultes prendront le départ type Le Mans du plateau 4.

Pour assister aux différents départs et aux animations qui les entourent, le meilleur endroit est incontestablement d’avoir une place en tribune. Faute de place en tribune, le spectateur du Mans a quasiment en permanence la vue gênée par les innombrables grillages qui entourent le circuit. Les plateaux se succèdent sans interruption jusqu’à la tombée de la nuit.

Petit à petit les tribunes se vident. A partir de 20 heures, les personnes qui possèdent un pass tribune peuvent se placer dans n’importe laquelle . Une excellente initiative qui permet de varier les points de vue au bord du circuit. Une fois la nuit installée on en profite pour faire une pause diner dans le village. La tente installée avec ses lampes vintage n’est pas sans rappeler le Goodwood Revival. En écoutant les conversations autour de nous on se rend compte que l’heure avançant, le public est de plus en plus passionné. Les VIP qui viennent au Mans Classic uniquement pour être vus ont disparus depuis longtemps. Il reste un public amateur, souvent averti qui apprécient l’automobile.

Côtoyer de tels spectateurs est rassurant dans un pays que l’on nous présente comme de plus en plus autophobe et où les conversations automobiles sont depuis des mois réduites à une distance symbolique de 13 mètres. Au milieu de la nuit, nous quittons à notre tour le circuit pour reprendre quelques forces avant la journée de dimanche.
.

.

Nous avions quitté le circuit lorsque le plateau 2 évoluait, le lendemain matin c’est de nouveau le plateau 2 qui est en piste. Comme si le temps s’était arrêté au Mans Classic, le temps de nos quelques heures de repos. Plus l’heure avance plus les tribunes se remplissent mais il y a incontestablement moins de monde que le samedi.

Les courses continuent de s’enchainer inlassablement en piste. Un petit tour dans les paddocks permet de se rendre compte que la course a éprouvé aussi bien les machines que les hommes. Les abandons sont très nombreux, particulièrement dans les plateaux les plus récents (plateaux 5 et 6). Visages et pilotes ont les traits tirés après une courte nuit voire une nuit blanche.
.

.

Le point d’orgue en terme de compétition est incontestablement le plateau 4 qui fait la part belles aux GT40 qui se livrent un combat très rapproché. Les écarts sont très faibles jusqu’à l’arrivée et plusieurs voitures peuvent l’emporter à quelques minutes du drapeau à damiers.

A 16 heures, comme à l’époque le directeur de course est au milieu de la piste pour agiter le drapeau et clôturer cette édition 2018 du Mans Classic. Même après 3 jours, on a l’impression que le temps est passé trop vite et que l’on n’a pas eu le temps de tout voir.

Afin de rester dans la magie du Mans, chaque jour nous vous referons vivre les courses par le biais de galeries photos. Pour revoir des courses historiques sur le grand circuit des 24 heures du Mans il faudra attendre l’édition 2020 qui se déroulera très certainement au mois de juillet.

.

Le Mans Classic 2018 Live

Vous ne pouvez pas vous rendre au Mans Classic 2018 ? Vous craignez la chaleur ? Vous hésitez entre Le Mans Classic, le départ du Tour de France où encore le Grand Prix de Formule 1 de Silverstone ? Nous avons la solution pour vous pour ne rien rater de l’action en piste au Mans Classic. Les équipes de Peter Auto proposent un live streaming renforcé par rapport aux éditions précédentes, sur le principe de ce qui est fait à Goodwood pour le Members Meeting ou le Revival.

Le live streaming sera disponible en français ou en anglais. Les commentaires français seront assurés par Marc Minari et Gilles Della Posta. Pour ceux qui préfèrent la langue de Shakespeare, ils retrouveront Bruce Jones, Jim Roller et Martin Haven qui officient habituellement sur Radio Le Mans.

Il vous suffira donc simplement d’une connexion internet pour pouvoir suivre Le Mans Classic depuis votre canapé comme si vous y étiez. Retrouvez ici le programme complet de l’édition 2018 du Mans Classic pour retrouver rapidement la course où la période qui vous intéresse.

Voici le streaming vidéo qui débutera à 10h15 le samedi 7 juillet avec la course du Jaguar Classic Challenge :

.

 

.
Samedi 7 juillet

  • 10:00-11:10 – Jaguar Classic Challenge (course)
  • 11:20-12:20 – Group C Racing (course)
  • 13:22-13:57 – Global Endurance Legends
  • 14:02-15:17 – Porsche Classic Race Le Mans (course)
  • 16:16-16:59 – Plateau 1 (course 1)
  • 17:55-18:38 – Plateau 2 (course 1)
  • 19:34-20:17 – Plateau 3 (course 1)
  • 20:54-21:37 – Plateau 4 (course 1)
  • 22:11-22:54 – Plateau 5 (course 1)
  • 23:26-00:09 – Plateau 6 (course 1)

.
Dimanche 8 juillet

  • 00:40-01:23 – Plateau 1 (course 2)
  • 01:59-02:42 – Plateau 2 (course 2)
  • 03:14-03:57 – Plateau 3 (course 2)
  • 04:29-05:12 – Plateau 4 (course 2)
  • 05:44-06:27 – Plateau 5 (course 2)
  • 06:59-07:42 – Plateau 6 (course 2)
  • 08:14-08:57 – Plateau 1 (course 3)
  • 09:33-10:16 – Plateau 2 (course 3)
  • 10:48-11:31 – Plateau 3 (course 3)
  • 12:26-13:09 – Plateau 4 (course 3)
  • 14:01-14:44 – Plateau 5 (course 3)
  • 15:17-16:00 – Plateau 6 (course 3)

.

Le Mans Classic 2018 : Demandez le programme !

L’édition 2018 du Mans Classic débute aujourd’hui sur le circuit des 24 heures du Mans. Rappelons que c’est, en dehors des 24 heures du Mans, la seule épreuve à utiliser le grand circuit de la Sarthe et ses plus de 13 km de pistes. Le programme du Mans Classic 2018 est particulièrement riche, nous vous en proposons ici un aperçu.
.

Les compétitions
Le programme du Mans Classic 2018 sera comme de coutume composé autour des plateaux 1 à 6 qui regroupent par époque successives les légendes des 24 heures du Mans. Le plateau 1 opposera des modèles ayant participé à l’épreuve entre 1923 et 1939, le plateau 2 celles allant de 1949 à 1956, le plateau 3 s’étendra de 1957 à 1961. Le plateau 4 nous plongera au cœur des années 60 avec les voitures de 1962 à 1965, il sera suivi du plateau 5 entre 1966 et 1971. Le plateau le plus récent, le numéro 6 regroupe quant à lui des voitures de 1972 à 1981.
.

.

Pour en savoir plus sur les modèles et les pilotes qui seront alignés au départ du Mans Classic 2018, retrouvez ici la liste des engagés de l’épreuve. Notons la présence de 10 anciens vainqueurs des 24 heures du Mans qui constitueront les têtes d’affiche du programme du Mans Classic 2018.

Lorsque l’on parle de programme ces 6 plateaux sont certes le cœur du Mans Classic, mais il ne s’agit que de la partie émergeante de l’iceberg. En effet, lors de chaque édition le Mans Classic s’enrichit au point que les trois jours ne seront pas de trop pour tenter d tout voir.

En ce qui concerne les compétitions, trois autres courses auront lieu en ouverture de l’épreuve. On retrouvera les très rapides voitures du Groupe C déjà vues il y a deux ans. Ensuite il y aura deux épreuves mono marques d’un coté la Porsche Classic Race le Mans qui fêtera les 70 ans de la marque avec une sélection de modèles allant de la Porsche 356 de 1952 à de plus récentes 911 RSR de 1973. La course se tiendra le samedi en début d’après-midi.

Toujours du côté des courses mono marques, Jaguar sera de nouveau présent au programme du Mans Classic 2018 avec le Jaguar Classic Challenge. Les différents modèles de Coventry datant d’avant 1966 seront présents sur la grille de départ avec les XK120, 140, Type C et D, de nombreuses Type E sans oublier les berlines Mk I et Mk II. La course du Jaguar Classic Challenge se déroulera également lors de la journée du samedi.

Retrouvez ici les engagés des différentes courses support :

.

.

Autre nouveauté du programme du Mans Classic 2018, le Global Endurance Legends. Ce nouveau plateau présenté ici sous forme de démonstration présentera des GT et prototypes plus récents. Il s’agit des voitures ayant participé aux courses d’endurance dans les années 90 et 2000.

Au Mans Classic le spectacle est sur la piste mais également en dehors, les paddocks représentent un véritable musée à ciel ouvert et pour ceux qui seront présent au Mans Classic 2018, nous ne serions trop vous conseiller de consacrer du temps à la visite des paddocks.

.
Retrouvez jour par jour les compétitions au programme du Mans Classic 2018 :

Vendredi 6 juillet

  • 10:45-11:15 – Global Endurance Legends
  • 11:25-11:55 – Jaguar Classic Challenge (qualifications)
  • 12:05-12:50 – Group C Racing (qualifications)
  • 13:00-13:30 – Porsche Classic Race Le Mans (qualifications)
  • 13:45-14:35 – Plateau 1 (qualifications)
  • 14:53-15:43 – Plateau 2 (qualifications)
  • 15:59-16:49 – Plateau 3 (qualifications)
  • 17:04-17:54 – Plateau 4 (qualifications)
  • 18:06-18:56 – Plateau 5 (qualifications)
  • 19:08-19:58 – Plateau 6 (qualifications)
  • 20:10-20:55 – Group C Racing (qualifications)
  • 21:07-21:42 – Porsche Classic Race Le Mans (qualifications)
  • 22:29-23:04 – Plateau 1 (essais de nuit)
  • 23:19-23:54 – Plateau 2 (essais de nuit)
  • 00:09-00:44 – Plateau 3 (essais de nuit)
  • 00:59-01:34 – Plateau 4 (essais de nuit)
  • 01:47-02:22 – Plateau 5 (essais de nuit)
  • 02:35-03:10 – Plateau 6 (essais de nuit)

.
Samedi 7 juillet

  • 10:00-11:10 – Jaguar Classic Challenge (course)
  • 11:20-12:20 – Group C Racing (course)
  • 13:22-13:57 – Global Endurance Legends
  • 14:02-15:17 – Porsche Classic Race Le Mans (course)
  • 16:16-16:59 – Plateau 1 (course 1)
  • 17:55-18:38 – Plateau 2 (course 1)
  • 19:34-20:17 – Plateau 3 (course 1)
  • 20:54-21:37 – Plateau 4 (course 1)
  • 22:11-22:54 – Plateau 5 (course 1)
  • 23:26-00:09 – Plateau 6 (course 1)

.
Dimanche 8 juillet

  • 00:40-01:23 – Plateau 1 (course 2)
  • 01:59-02:42 – Plateau 2 (course 2)
  • 03:14-03:57 – Plateau 3 (course 2)
  • 04:29-05:12 – Plateau 4 (course 2)
  • 05:44-06:27 – Plateau 5 (course 2)
  • 06:59-07:42 – Plateau 6 (course 2)
  • 08:14-08:57 – Plateau 1 (course 3)
  • 09:33-10:16 – Plateau 2 (course 3)
  • 10:48-11:31 – Plateau 3 (course 3)
  • 12:26-13:09 – Plateau 4 (course 3)
  • 14:01-14:44 – Plateau 5 (course 3)
  • 15:17-16:00 – Plateau 6 (course 3)

.
Pour plus de praticité, retrouvez ici le programme du Mans Classic 2018 au format PDF.

.

Les animations
Le Mans Classic ce n’est pas seulement une compétition mais également de nombreuses animations, un village et une atmosphère unique. La aussi le programme du Mans Classic 2018 a été enrichi, on retrouvera le village vintage et ses nombreuses animations à l’intérieur du circuit Bugatti. Les organisateurs proposeront également un très américain cinéma de plein air qui diffusera successivement Mad Max Fury Road, Drive, 2 Fast 2 Furious et la Fureur de Vivre. La programmation cinématographique a été considérablement rajeuni par rapport à celle d’il y a deux ans pour tenter d’attirer un public plus large.

Entre les courses, de nombreuses parades auront lieu, notamment une très attendue parade Alpine programmée aux alentours de 13h le samedi. Les clubs auront également droit à leurs différentes séances de pistes et à leurs parades.
.

 

N’oublions pas le Little Big Mans toujours très attendu par le public. Cette course réservé aux enfants sur des répliques de voitures mythiques à échelle réduite ravi généralement et semble plaire tout autant aux enfants qu’à leurs parents.

.
Voici le programme des animations :

Vendredi 6 juillet

  • 09:00-10:40 – Parade Clubs
  • 14:00-15:00 – Conférence publique avec les pilotes (village)
  • 21:54-22:19 – Parade Clubs
  • 22:00-00:00 – Mad Max Fury Road (drive-in ; village)
  • 00:00-01:40 – Drive (drive-in ; village)

.
Samedi 7 juillet

  • 08:00-09:35 – Parade clubs
  • 09:35-09:50 – Parade Le Mans Heritage Club
  • 12:25-12:35 – Parade bus anciens
  • 12:27-13:17 – Baptême de piste
  • 13:22-13:35 – Parade Alpine
  • 13:26-13:39 – Parade Jaguar
  • 14:02-14:15 – Parade Porsche
  • 15:27-15:42 – Little Big Mans
  • 22:00-23:45 – 2 Fast 2 Furious (drive-in ; village)
  • 00:00-01:51 – La Fureur de vivre (drive-in ; village)

.
Dimanche 8 juillet

  • 13:19-13:34 – Parade Ford

.

Retour en vidéos sur le Tour Auto 2017

Le clap de fin du Tour Auto 2017 a eu lieu hier midi à Biarritz. Afin de prolonger la magie de cette épreuve et de patienter jusqu’à l’édition 2018, nous vous proposons de revenir en vidéos sur les différentes étapes du Tour Auto 2017 ainsi que sur les images marquantes de l’épreuve.

.

L’image du Tour Auto

La victoire finale se joue parfois a quelques centimètres dans le Tour Auto. Les images qui suivent en sont la parfaite illustration, la victoire ou l’abandon se jouant à quelques centimètres entre les arbres et le parapet du pont.

.

Le résumé étape par étape

.

.

.

.

.

.

Le résultat final

.

Les photos du Tour Auto 2017 sur le circuit Bugatti du Mans

Afin de couvrir la première épreuve sur circuit de l’édition 2017 du Tour Auto, nous avions diligenté ce mardi un envoyé spécial dans la Sarthe. Vous trouverez ci dessous les photos des différents plateaux compétition qui ont été les premiers à prendre la piste sur le circuit Bugatti. Si les américaines (Ford GT40 et Shelby Cobra) ont fait la loi, les anglaises n’étaient pas en reste. Le troupeau de MGB présent au départ a fait bonne figure et les différents roadsters se sont sentis à l’aise sous une météo typiquement britannique.

.


.

Tour Auto 2017 : Classements et vidéo de la 1ère étape

Longue de plus de 450 kilomètres, la première étape emmenait les concurrents du Tour Auto 2017 depuis le Grand Palais jusqu’au port de Saint-Malo. Les épreuves chronométrées se sont toutes déroulées dans la Sarthe avec tout d’abord une épreuve spéciale sur routes fermées avant une autre disputée sur le circuit Bugatti au Mans. Les concurrents ont ensuite parcouru une longue étape de liaison pour rejoindre la Bretagne.

.

Compétition

Dès la première spéciale, le duo britannique James Cottingham / Andrew Smith a donné le ton en imposant leur Ford GT40. La puissante américaine n’est pourtant pas particulièrement à l’aise sur les petites routes françaises, mais sa puissance à fait la différence. A la seconde place on retrouve un pilote bien connu du Tour Auto, Ludovic Caron sur son AC Cobra. En troisième position, Bernard et Anne Penlae réalisent une très belle performance au volant de leur Porsche 911 2 litres.

En retrouvant le circuit qui a fait sa légende, la Ford GT40 était beaucoup plus à son aise et réalise un doublé puisque Smith / Cottingham s’imposent devant les deux Olivier Ellerbrock et Louisoder. Le podium est complété par un autre V8 américain avec l’AC Cobra de Frédéric Jousset et Paul Miliotis. Signalons que Ludovic Caron a eu des soucis électriques lors de l’épreuve du Mans qui lui ont fait perdre plus de deux minutes.
.

.

Logiquement Cottingham et Smith sont en tête à l’issue de la première journée de l’édition 2017 du Tour Auto. Ils devancent l’AC Cobra de Jousset / Miliotis et la GT40 de Ellerbrock / Louisoder. C’est donc un podium exclusivement composé de V8 américain qui se dessine au soir de l’arrivée à Saint-Malo. Jean-Pierre Lajournade, le vainqueur des deux précédentes éditions place sa Jaguar Type E au pied du podium après avoir été régulièrement aux avant-postes toute la journée.
.

Pos

Pilote / Copilote

Nat Voiture Temps Ecart

1

Andrew SMITH / James COTTINGHAM

GBR/GBR Ford GT40 20m26s

2

Frédéric JOUSSET / Paul MILIOTIS

FRA/FRA

Shelby Cobra 289

21m27s 1m01s
3 Olivier ELLERBROCK / Olivier LOUISODER DEU/DEU Ford GT40 21m32s

1m06s

.

Périodes G1 et G2

Lors de la première spéciale du jour, c’est un pilote Porsche bien connu qui s’impose, Claudio Roddaro et Marco Antonacci placent leur 911 devant l’Alpine A110 de Richard Doux et Sylvain Guy. Ce podium hétéroclite est complété par Daniel Viard et Didier Haquette sur Ford Escort.
.

.

Comme dans le plateau compétition, le circuit Bugatti réussit à une GT40 puisque Philippe Vandromme et Frédéric Vivier s’imposent. Daux / Huy se classent de nouveau second en devançant l’Alfa Romeo 1750 GTAM de Jorg Richard et Louis Lemberg.

Au terme de cette première journée on retrouve sur le podium provisoire les mêmes pilotes et voitures que lors de l’épreuve du circuit Bugatti.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart

1

Philippe VANDROMME / Frédéric VIVIER FRA/FRA Ford GT40 22m07s

2

Richard DOUX  / Sylvain GUY FRA/FRA Alpine A110 1800 22m25s

0m18s

3

Jorg Richard LEMBERG / Louis LEMBERG

DEU/DEU Alfa Romeo 1750 GTAM 23m46s

1m39s

.

Périodes H1, H2 et I

La aussi la première épreuve voit une Porsche s’imposer, il s’agit de la 911 RSR 2,8L de Raymond Narac et Michel Lecourt. On retrouve ensuite la De Tomaso Pantera de Didier Sirgue et Jean Michel Carrière. Le podium constitué d’habitués du Tour Auto est complété par Mr John of B et Sibel sur leur toujours impressionnante Ligier JS2 DFV.

L’épreuve mancelle verra la Porsche ayant remporté la spéciale précédente plonger dans le classement. Très à l’aise sur les circuits, la Ligier JS2 de John of B / Sibel s’impose avec quasiment une minute d’avance sur ses plus proches rivaux. On retrouve ensuite Christophe Grenier et Guillaume Puget sur leur Ferrari 308  GTB Gr.IV. Le podium manceau est complété par la Porsche 911 RSR 3.0L des américains Cooper Mac Neil et Gunnar Jeannette.

Au soir de la première journée on retrouve logiquement John of B / Sibel à la première place du classement général provisoire. Ils devancent Sirgue / Carriere au volant de leur De Tomaso Pantera. Grace à leur performance sur le circuit Bugatti Grenier / Puget hissent leur Ferrari sur la troisième marche du podium provisoire.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 John of B. / SIBEL FRA/FRA Ligier JS 2 DFV 20m10s

2

Didier SIRGUE / Jean Michel CARRIERE FRA/FRA De Tomaso Pantera 21m07s 0m57s
3 Christophe GRENIER / Guillaume PUGET FRA/FRA Ferrari 308 GTB GrIV 21m23s

1m13s

.

.

Régularité

Dans la catégorie régularité, la première épreuve est remportée par un équipage ayant déjà remporté deux fois le Tour Auto. Il s’agit de la Ferrari 250 GT Berlinetta des argentins Martin H. et Francisco Sucari. Ils devancent la Peugeot 504 engagée par le constructeur de Sochaux et confiée aux mains du journaliste Etienne Bruet et de Laurent Picard. Jérôme Dupard et Emmanuel Saussereau se classent troisièmes au volant de leur Ford Escort Mexico. Comme souvent en régularité, les écarts sont très faibles.

C’est un nouvel équipage argentin composé de Tomas Hinrichsen et Solange Mayo qui l’emporte au volant de leur Maserati 200 SI. Ils devancent les spécialistes de la régularité Georges Henri Meylan et Julien Stervinou sur Alpine A110 1800 GrIV. Le podium est complété par d’autres habitués, à savoir John A. et Dorine Mollenkamp sur Lotus Elan. Sur circuit les écarts sont plus faibles encore que lors des épreuves spéciales.

Le classement général est dominé par un équipage n’ayant pas figuré dans le top 3 des deux épreuves de la journée. Il s’agit de Claudio et Arturo Scalisse sur Porsche 911 RS 2.7L. On retrouve ensuite respectivement les équipages Dupard / Saussereau et Meylan / Stervinou.
.

Pos

Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart

1

Claudio SCALISSE / Arturo SCALISSE ARG/ITA Porsche 911 RS 2.7L 0m06s
2 Jérôme DUPARD / Emmanuel SAUSSEREAU FRA/FRA Ford Escort Mexico 0m06s
3 Georges Henri MEYLAN / Julien STERVINOU CHE/FRA Alpine Renault A110 1800 GrIV 0m07s

0m01s

.

Vous pouvez retrouver les classements détaillés de toutes les catégories (VHC, Indice de Performance, G1, G2, H1, H2, I et Régularité) ainsi que le classement en direct des étapes en cours en cliquant ici.

.

Pour compléter ces classements, voici le résumé en vidéo de cette première étape du Tour Auto 2017 disputée entre Paris et Saint-Malo :
.

.

.

La deuxième étape du Tour Auto disputée mercredi 26 avril emmènera les concurrents du Tour Auto depuis Saint-Malo jusqu’à Nantes. Aucun circuit n’est au programme mais trois épreuves spéciales seront disputées sur les petites routes de Bretagne.

.

 

Où voir le Tour Auto 2017 ?

Les grandes lignes du parcours du Tour Auto étaient déjà connues depuis plusieurs mois avec un départ comme de coutume à Paris et une arrivée à Biarritz. Entre les deux, une boucle inédite par la Bretagne sera proposée aux concurrents et aux spectateurs avant de mettre le cap au sud. La répartition des villes étapes, des circuits ainsi que des épreuves spéciales était également connue.

Restait à dévoiler le parcours détaillé, c’est désormais chose faite. Les équipes de Peter Auto viennent de rendre public l’itinéraire qui sera emprunté par les 250 concurrents du Tour Auto pour relier Paris à Biarritz. En espérant que ces précisions permettrons de répondre aux nombreuses questions que vous nous avez envoyé quand à l’itinéraire de l’édition 2017 du Tour Auto.

Le parcours détaillé est accompagné des horaires prévisionnels, si vous souhaitez voir passer la caravane du Tour Auto prévoyez toutefois large puisque entre la première et la dernière voiture il s’écoule généralement entre 2h30 et 3 heures.
.

N’hésitez pas à cliquer sur l’image ci dessous pour zoomer et tout connaître du parcours et des horaires .


.

Les grandes lignes du parcours

  • Lundi 24 avril : Paris, vérifications administratives et techniques
  • Mardi 25 avril : Paris – St Malo, 1 épreuve spéciale, circuit Bugatti (Le Mans
  • Mercredi 26 avril : St Malo – Nantes, 3 épreuves spéciales
  • Jeudi 27 avril : Nantes – Limoges, 2 épreuves spéciales, circuit du Val de Vienne (Le Vigeant)
  • Vendredi 28 avril : Limoges – Toulouse, 2 épreuves spéciales, circuit d’Albi
  • Samedi 29 avril : Toulouse – Biarritz, 1 épreuve spéciale, circuit de Pau-Arnos, 2 épreuves spéciales

.

Les horaires des circuits

Les circuits sont toujours un moment privilégié ou les spectateurs peuvent approcher les voitures dans les paddocks et les voir ensuite évoluer pendant plusieurs tours sur le tracé. Si vous souhaitez vous rendre sur les circuits empruntés par les concurrents du Tour Auto 2017, en voici le programme :

  • Circuit Bugatti (Le Mans) : Mardi 25 avril de 11h33 à 13h50
  • Circuit du Val de Vienne (Le Vigeant) : Jeudi 27 avril de 13h44 à 16h44
  • Circuit d’Albi : Vendredi 28 avril de 14h54 à 16h30
  • Circuit de Pau Arnos : Samedi 29 avril de 13h25 à 14h55

.

En ce qui concerne les spéciales routières, celles-ci ne sont pas dévoilées précisément à l’avance afin d’éviter toute forme de reconnaissance. Les parcours des épreuves spéciales seront mis en ligne sur la page Facebook du Tour Auto la veille pour les spectateurs souhaitant s’y rendre.

.

.

Rallye Paris – Le Mans par la P’tite Pilote

Marion Thouroude alias La P’tite Pilote qui participe depuis plusieurs saisons à l’Historic Tour au volant de sa Mini 1275 GT se lance dans l’organisation d’un rallye d’orientation touristique. La première édition du Rallye Paris – Le Mans se tiendra les 18 et 19 mars prochain.

Le départ sera donné du Château de la Comtesse du Barry situé à Louvecienne dans les Yvelines. Après un petit déjeuner et les formalités administratives, les concurrents prendront la direction du Mans en passant par les routes réputées de la forêt de Rambouillet, la Vallée de Chevreuse, le Parc National du Perche ou encore la forêt de Bellême.
.

.

Le Rallye Paris – Le Mans mêlera conduite et gastronomie puisque sur le parcours outre les différents repas, une épreuve sensorielle et gustative leur sera proposée permettant de décerner le titre honorifique d’épicurien du Rallye. Le déjeuner se tiendra au Domaine de Villeray situé dans l’Orne, les participants reprendront ensuite la route en direction du Mans et de son mythique circuit. D’autres animations gardées pour le moment secrètes seront proposées aux participants du rallye.

Une fois arrivé au Mans, l’originalité du rallye résidera dans la tenue d’une épreuve de conduite sous la forme d’un slalom disputé sur l’aérodrome d’Arnage au Mans. Une fois cette mise en jambe effectuée, il sera temps pour les participants de prendre la piste du circuit Bugatti pour deux sessions de roulage de 20 minutes : l’une sera disputée de jour et l’autre de nuit. Le roulage sur le circuit Bugatti aura lieu dans le cadre de l’événement Exclusive Drive et se répartira entre le samedi soir et le dimanche matin.

Les inscriptions pour l’édition 2017 du rallye Paris – Le Mans sont ouvertes, l’engagement est fixé à 720€ par équipage. Cela comprend la participation au rallye, les sessions de roulage sur circuit, l’accès à l’évènement Exclusive Drive, les petites déjeuners, déjeuner et diner du samedi ainsi qu’un cocktail le dimanche midi. L’hébergement au Mans restant à la charge des participants.

Parmi les concurrents déjà inscrits, signalons la participation de Bernard Darniche triple Champion de France et double Champion d’Europe des Rallyes qui sera le parain de la première édition du rallye Paris-Le Mans. Il reste encore des places disponibles, vous pouvez vous inscrire en retournant le bon d’inscription dédié ou directement sur le stand de La P’tite Pilote au salon Rétromobile. Celui-ci sera situé dans le Hall 2 de la porte de Versailles à l’emplacement E36..
.

.

Vidéo de la semaine #268

Chaque semaine Morrissette met à l’honneur une vidéo qui a particulièrement retenu son attention. Toutes les vidéos ont pour thème l’automobile, que ce soit ancienne ou moderne.

La vidéo de la semaine :
Selon de très sérieuses études scientifiques, le troisième lundi du mois de janvier est considéré comme la journée la plus déprimante de l’année. Pour ne pas rester dans cette spirale négative tout au long de la semaine, nous vous proposons de nous évader au volant d’une somptueuse Jaguar. Il ne s’agit pas de n’importe quelle voiture produite à Coventry, mais ni plus ni moins d’OKV2, l’une des premières Jaguar Type D produite ayant participé aux 24 heures du Mans et ayant ensuite servi de véhicule de développement à Jaguar.

Cette vidéo est une nouvelle fois signée de l’excellent site Petrolicious. Outre le pedigree exceptionnel de la voiture, c’est surtout l’état d’esprit de son propriétaire actuel qui a retenu notre attention. Ce passionné de Jaguar a utilisé et continue d’utiliser sa Type D dans toutes les conditions climatiques. Il ne se considère pas réellement comme propriétaire de ce morceau d’histoire mais plutôt comme un homme ayant eu la chance de partager pendant quelques années l’histoire de cette voiture unique. Embarquez avec lui à bord de la Jaguar Type D de 1954 :

.

.

.

» Lire la suite

« Articles Précédents