Archives du Tag Tour Auto

Tour Auto 2018 : le classement final

Après 5 étapes et plus de 2000 kilomètres parcourus, le Tour Auto 2018 a enfin rendu son verdict ou presque. Les classements du Tour Auto 2018 ont tous été publiés meme si certains restent provisoires en raison de vérifications techniques ou de décision du collège des commissaires. En dehors de la partie sportive, le Tour Auto 2018 a bénéficié d’une météo très clémente permetant de parfaitement profiter du réseau secondaire français. Voici les classements des différentes catégories.

.

Compétition
Le meilleur performer du Tour Auto 2018 est sans conteste la Ford GT40 de James Cottingham et Andrew Smith en remportant neuf victoires d’épreuves spéciales sur les treize disputées. Quatorze épreuves étaient au programme mais une a été annulée en raison d’un incident. La boite de vitesse de la Ford GT40 ayant décidé de ne pas rallier Nice, l’équipage de 1MUF ne peut pas prétendre à la victoire finale mais remporte sans aucune contestation possible le prix de la performance et celui du panache. Au final les victoires de spéciales se seront réparties entre deux équipages, d’un côté la GT40 dont nous venons de parler et de l’autre Chris Ward sur Jaguar Type E qui remporte quatre épreuves. Celui-ci ayant connu des soucis mécaniques sur le circuit du Castellet, il ne peut pas non plus prétendre à la victoire finale.

Le Tour Auto 2018 aura été une véritable course à élimination. Dès le premier jour, en raison d’incidents mécaniques, la Cobra de Ludovic Caron etait écartée de la victoire. Il en sera de même quelques jours plus tard pour la Jaguar Type E de Jean-Pierre Lajournade. Au fil des épreuves les favoris à la victoire finale connaissent des soucis mécaniques jusqu’au retentissant abandon de la Ford GT40 le dernier jour alors que celle-ci dominait outrageusement la compétition depuis le début. Au final c’est un podium inédit que nous propose la version 2018 du Tour Auto.

Le duo suisse Raphaël Favaro / Yves Bandan s’impose pour la première fois dans l’épreuve au volant d’une Lotus Elan. Même si la victoire leur revient dans les dernières spéciales suite aux déboires de leurs concurrents celle-ci est totalement méritée car la Lotus a toujours été placée dans le peloton de tête. Et selon le célèbre adage d’Enzo Ferrari, pour finir premier, il faut d’abord finir … La seconde marche du podium final est occupée par Frédéric Jousset et Paul Miliotis, ils accusent un retard de 1m24s avec leur AC Cobra. En troisième position on retrouve une autre Lotus Elan, celle de Damien Kohler et Sylvie Laboisne à 3m47s des vainqueurs.
.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium de la catégorie compétiton :

  1. Raphaël Favaro / Yves Badan – Lotus Elan 26R – 1h55m05s
  2. Frédéric Jousset / Pau Milliotis – Shelby Cobra 289 – 1h56m29s (+1m24s)
  3. Damien Kohler/ Sylvie Laboisne – Lotus Elan 26R – 1h58m52s (+3m47s)

.

Retrouvez ici le classement complet de la catégorie Compétition

.

Périodes G1 et G2
Dans cette catégorie la lutte aura été particulièrement intense. Pour caricaturer un peu les choses, les BMW 2800 CS se montraient redoutables dès que les épreuves étaient sinueuses et à l’inverses les Ford GT40 étaient intouchables dès qu’elle pouvaient faire parler leur puissance. Les vainqueurs de spéciales ont été nombreux, notamment avec de belles performances de Perot / Excoffier sur leur Chevrolet Corvette C3. Ceux-ci ne pouvant prétendre à une bonne position au classement général en raison d’ennuis en milieu de rallye. La Ford GT40 de Philippe Vandromme était en bonne position jusqu’à l’issue de la dernière épreuve spéciale mais celle-ci ne figure pourtant pas au classement général final.

C’est bien une Ford GT40 MkII qui s’impose à Nice, celle de Patrick Hautot et Sylvain Cantrel. Ils devancent de 1m12s la BMW 2800 CS de Richard Depagneux et Eric Joyau. Cet écart déjà faible aurait pu l’être encore plus si l’équipage de la BMW n’avait pas écopé de 20 secondes de pénalité le premier jour du rallye. En troisième position on retrouve l’Alfa Romeo 1750 GTAM de Timm Meinrenken et Fyn Schroder, ceux-ci accusent un retard de 4m29s sur la Ford de tête.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium des périodes G1 et G2 :

  1. Patrick Hautot / Sylvain Cantrel – Ford GT40 MkII – 1h57m14s
  2. Richard Depagneux / Eric Joyau – BMW 2800 CS – 1h58m26s (+1m12s)
  3. Timm Meinrenken / Fynn Schroder – Alfa Romeo 1750 GTAM – 2h01m43s (+4m29s)

.

Retrouvez ici le classement complet des périodes G1 et G2

.

Périodes H1, H2 et I
Le classement des périodes H1, H2 et I aura incontestablement été le plus serré tout au long de ce Tour Auto 2018. La Ferrari de Florent Jean ayant été rapidement écartée de la victoire finale en raison de soucis mécaniques, la course s’est résumée en une lutte sans merci entre un trio de Porsche. On retrouvait dans ce trio la Porsche de Raymond Narac et Michel Lecourt qui se verra ralenti par des pénalités puis des soucis mécaniques.

C’est finalement le duo de pilotes professionnels américains Gunnar Jeanette / Cooper Mac Neil qui s’impose au volant de la Porsche 911 Carrera RSR 3.0L « Défense Mondiale ». Ils devancent de 40 secondes la même voiture emmenée par Christophe Van Riet et Caroline Grifnée. Pointé avec un retard de 3m15s sur l’équipage de tête, Didier Sirgue et Jean-Michel Carrière prennent la troisième position au volant de leur De Tomaso Pantera Gr.IV.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium des périodes H1, H2 et I :

  1. Cooper Mac Neil / Gunnar Jeanette – Porsche 911 RSR 3.0L – 1h48m53s
  2. Christophe Van Riet / Caroline Grifnee – Porsche 911 RSR 3.0L – 1h49m33s (+0m40s)
  3. Didier Sirgue / Jean-Michel Carriere – De Tomaso Pantera Gr.IV – 1h52m08s (+3m15s)

.

Retrouvez ici le classement complet des périodes H1, H2 et I

.

Indice de performance
Le classement à l’indice de performance tient à la fois compte des temps réalisés mais aussi des performances de la voiture. Chaque véhicule se voit attribué un coefficient en fonction de la cylindrée et de l’âge de la voiture. Logiquement plus une voiture est récente et plus son moteur est puissant plus elle doit être rapide. Le temps réalisé dans chaque épreuve est ensuite multiplié par le coefficient propre à chaque véhicule pour établir un classement à l’indice de performance.

Le coefficient peut être inférieur à 1, ne soyez donc pas surpris de voir des temps inférieurs à ceux des vainqueurs des autres catégories. Le duo Jean-François et Chloé Penillard s’impose de nouveau. Ils sont de vrais spécialistes du classement à l’indice de performance au volant de leur Porsche 356 Pre A qui se montre rapide tout en bénéficiant d’un coefficient avantageux de 0,56. Ils devancent deux Alfa Romeo, tout d’abord la rare Giulia Sprint Speciale de Pierre Machi et Isabelle Martrou puis la GTA de l’équipage 100% féminin Daniela Ellerbrock et Jackie Rohwer. La GTA avec son coefficient de 0,78 n’est pas forcément une auto avantagée mais la rapidité de l’équipage féminin leur permet de figurer sur le podium du classement à l’indice de performance.

.

.

Le podium de l’indice de performance :

  1. Jean-François Penillard / Chloé Penillard – Porsche 356 Pre A – 1h14m54s
  2. Pierre Machi / Isabelle Martrou – Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale – 1h18m53s (+3m59s)
  3. Daniella Ellerbrock / Jackie Rohwer – Alfa Romeo Giulia Sprint GTA – 1h37m29s (+22m35s)

.

Retrouvez ici le classement complet à l’indice de performance

.

Régularité
Généralement dans la catégorie régularité les positions changent chaque jour tant les écarts entre les spécialistes de la catégorie sont faibles. Il n’est pas rare de voir des changements de leader la dernière journée, notamment lorsqu’il y a des bonifications liées à certains types de voiture.

Lors de ce Tour Auto 2018, Jean Rigondet et Olivier Souillard ont pris la tête du classement général dès le premier jour au volant de leur CG 1200 S pour ne plus la lâcher jusqu’à l’arrivée à Nice. Les équipages les accompagnants sur le podium ont varié au fil des étapes mais rapidement Nicolas Pagano accompagné de l’expérimenté Michel Périn se sont octroyés la seconde position à bord de leur Alfa Romeo 1750 GTV. C’est une autre italienne qui complète le podium de la catégorie régularité, à savoir la Maserati 200 SI de Tomas Hinrichsen et Solange Mayo. Philippe Fichet et Xavier Malenfer à bord d’une Lancia Fulvia 1600 HF ont régulièrement joué aux avants postes mais ils échouent finalement au pied du podium de ce Tour Auto 2018.

Le podium de la catégorie Régularité :

  1. Jean Rigondet / Olivier Souillard – CG 1200 S – 1m30s
  2. Nicolas Pagano /Michel Périn – Alfa Romeo 1750 GTV – 1m58s (+0m28s)
  3. Thomas Hinrichsen / Solange Mayo – Maserati 200 SI – 2m00s (+0m30s)

.

Retrouvez ici le classement complet de la catégorie Régularité

.

Tour Auto 2018 : les classements de la 2ème étape

Après une courte nuit réparatrice pour les pilotes et les machines, le Tour Auto 2018 continuait ce mardi avec une étape entre Besançon et Megève. Au programme du jour, les Alpes, les Alpes et encore les Alpes le tout entrecoupé de deux spéciales routières et d’une épreuve sur le circuit de Bresse.

.

Compétition
Les spéciales se suivent et se ressemblent en ce début de Tour Auto 2018 au niveau des classements. L’intenable duo Cottingham / Smith frappe de nouveau très fort lors de la première spéciale. Seule la Jaguar Type E de Chris Ward parvient à tenir le rythme en lâchant tout de même 10 secondes. Le reste du peloton est relégué à près de 30 secondes. Le podium est complété par la Lotus Elan de Raphael Favaro et Yves Badan. A noter que l’AC Cobra de Ludovic Caron n’a pas pris part à cette spéciale.

Prenez le classement de l’épreuve sur le Circuit de Dijon-Prenois le mardi, déplacez-le légèrement vers le Sud-Est et vous obtenez exactement le classement du Circuit de Bresse. On retrouve de nouveau Cottingham / Smith devant Ward devançant lui-même l’AC Cobra de Ben Gill. Les écarts sont importants sur le circuit de Bresse avec 33 secondes d’avance sur la Type E et 46 secondes sur l’AC Cobra. Une autre AC Cobra, celle de Ludovic Caron était bien au départ de cette épreuve sur circuit ou elle se classe quatrième juste devant Jean-Pierre Lajournade.
.

.

Nouvelle spéciale et nouvelle victoire de la Ford GT40 d’Andrew Smith et James Cottingham. Comme lors de l’épreuve du matin, l’équipage britannique s’impose avec un écart important au point de se demander s’il leur est nécessaire d’attaquer autant. Ludovic Caron signe son retour en haut des feuilles de temps en se classement second à 22 secondes de la voiture de tête. Le podium est complété par la Jaguar Type E de Chris Ward qui continue son apprentissage à haute vitesse du Tour Auto.

Sans surprise 1MUF caracole en tête du classement général en ayant pour le moment réussi le tour de force de remporter toutes les épreuves disputées. Chris Ward est solidement ancré à la seconde place et devra miser sur la régularité et la fiabilité s’il veut s’imposer. Grace à ses bonnes performances sur circuit Ben Gill se hisse sur la troisième marche du podium. Celle-ci était occupée la veille par la Type E de Jean-Pierre Lajournade qui chute à la cinquième place après une journée difficile.

  1. Andrew Smith / James Cottingham – Ford GT40 MkI – 41m04s
  2. Chris Ward / Andy Elcomb – Jaguar Type E – 42m38s (+1m34s)
  3. Ben Gill / David Didcock – AC Cobra – 44m14s (+3m10s)

.

Périodes G1 et G2
Après la domination des GT40 lors de la première journée, c’est une autre américaine, la Chevrolet Corvette de Matthieu Perrot et Éric Excoffier qui s’impose dans la première spéciale du jour. Ils devancent les deux BMW 2800CS de Alexandre Delaye et Richard Depagneux qui accusent un retard de 12 et 15 secondes.
.

.

Patrick Hautot montre une fois de plus qu’il est à l’aise sur circuit et impose sa Ford GT40 sur le circuit de Bresse. Il devance de 18 secondes Richard Depagneux sur BMW. La troisième marche du podium revient à l’équipage Meinrenken / Schroder sur une Alfa Romeo 1750 GTAM.

Les BMW sont encore à l’honneur dans la dernière spéciale du jour avec la victoire de la 2800 CS d’Alexandre Delaye et Jean-Baptiste Repellin et la troisième place de Richard Depagneux. 24 secondes séparent les deux voitures qui arborent l’hélice bleue et blanche. Entre ces deux voitures saluons l’excellente performance du duo Olivier Pernaut / Margot Lafitte qui malgré une auto relativement modeste (Alfa Romeo Giulia Sprint GT) ont réussi à se hisser en seconde position à 22 secondes du vainqueur.

Au terme de cette seconde journée de compétition, c’est une Ford GT40 qui est en tête de la catégorie, en l’occurrence celle de Philippe Hautot et Sylvain Cantrel. Ils devancent la BMW 2800 CS de Richard Depagneux qui se classe quasiment tout le temps dans le top 3 des différentes épreuves. Le podium est complété par une autre Ford GT40, celle de Philppe Vandromme et Frédéric Vivier.

  1. Patrick Hautot / Sylvain Cantrel – Ford GT40 MkII – 44m41s
  2. Richard Depagneux / Eric Joyau – BMW 2800 CS – 46m00s (+1m19s)
  3. Philippe Vandromme / Frédéric Vivier – Ford GT40 MkII – 47m07s (+2m26s)

.

Périodes H1, H2 et I
Dans cette catégorie les écarts continuent d’être minimes et le trio de tête est séparé de seulement trois secondes lors de la première spéciale du jour. Michel Lecourt et Raymond Narac s’imposent dans un nouveau triplé Porsche. Ils devancent d’une seconde les américains Mac Neil / Jeanette et de trois secondes les belges Van Riet / Grifnée.
.

.

Le duel fratricide entre les Porsche continue de faire rage sur le circuit de Bresse. Lecourt /Narac s’imposent avec seulement une seconde d’avance sur le duo Mac Neil / Jeanette. Il s’en est fallu de peu pour avoir recours à la photo finish. Christophe Van Riet complète le podium mais n’a pu tenir le rythme des deux leaders auxquels il concède 26 secondes.

Après les triplés récurrents de Porsche depuis le début du rallye, c’est au tour de Ferrari de monopoliser les premières places du classement de la spéciale. Il s’agit en l’occurrence des 308 Gr IV. Florent Jean et Philippe Talabard devancent François Xavier Entremont et Jacques Entremont. Sur la même monture mais pas préparée par Michelotto, Arnaud Gauduel et Nicolas Missilier prennent la troisième place du classement de la spéciale. On retrouve le trio de Porsche qui anime la course depuis le début au 4ème, 5ème et 7ème place à une dizaine de secondes de la tête.

Coup de théâtre au classement général, le duo Lecourt / Narac écope d’une pénalité de 9min20s qui les fait plonger dans les profondeurs du classement. Dans une catégorie très serrée, ce genre de pénalité semble impossible à rattraper avant la fin de l’épreuve. Cooper Mac Neil et Gunnar Jeannette sont en tête de la catégorie devant Christophe Van Riet et Caroline Grifnée. Sur la troisième marche du podium on retrouve la De Tomaso Pantera de Didier Sirgue qui joue régulièrement placé depuis le début de ce Tour Auto 2018.

  1. Cooper Mac Neil / Gunnar Jeanette – Porsche 911 RSR 3.0L – 42m11s
  2. Christophe Van Riet / Caroline Grifnee – Porsche 911 RSR 3.0L – 42m37s (+0m26s)
  3. Didier Sirgue / Jean-Michel Carriere – De Tomaso Pantera Gr.IV – 43m26s (+1m15s)

.

Régularité
Les concurrents de la catégorie régularité continuent d’apprivoiser le système Trippy. La première spéciale baptisée altitude 8000 est remportée par le duo Pagano / Perrin avec une Alfa Romeo 1750 GTV. Michel Perrin n’est pas un inconnu car il notamment à son actif de très nombreuses victoires en rallye raid. Ils devancent la CG 1200 S de Rigondet / Souillard et la Porsche 914/6 d’Alvergnas / Dubrule.

Comme souvent en régularité, les épreuves sur circuit ne bouleversent pas le classement, les écarts sont minimes et sauf incident mécaniques les spécialistes de la discipline réalisent le temps idéal ou un temps très proche. Sur le circuit de Bresse, cinq équipages sont ex aequo avec le temps idéal et les cinquante premiers équipages ont tous moins de 5 secondes de pénalité.

Les italiennes sont au sommet de la feuille des temps dans la dernière spéciale du jour. On retrouve des noms connus qui ont brillé lors des éditions précédentes du Tour Auto. Hinrichsen / Mato imposent leur rare Maserati 200 SI. Ils devancent une non moins rare Ferrari 250 GT Lusso de l’équipage Hamoniau / Lehembre. Sur la troisième marche du podium à 5 secondes des leaders ont retrouve l’Alfa Romeo Giulia 1600 Sprint Spécial de Menicucci / Imbert.

En tête du classement général on retrouve les mêmes acteurs que la veille. Misant sur la régularité (ce qui semble logique pour une catégorie intitulée régularité), Jean Rigondet et Olivier Souillard sont en tête avec leur CG 1200 S. Les écarts sont toujours très faibles et seulement 8 secondes séparent les deux premières voitures. Sentis / Demoulin occupe la seconde position avec leur Peugeot Berline 504. Le duo Pagano / Perrin dont nous avons déjà parlé profite d’une belle journée pour se hisser sur le podium.

  1. Jean Rigondet / Olivier Souillard – CG 1200 S – 0m27s
  2. Mathieu Sentis / Gaëtan Dumoulin – Peugeot 504 Berline – 0m35s (+0m08s)
  3. Nicolas Pagano /Michel Périn – Alfa Romeo 1750 GTV – 0m37s (+0m10s)

.

Le Tour Auto 2018 continue en cette journée de Mercredi, après un départ à l’aube de Megève pour les premiers équipages, deux spéciales sont au programme dans la matinée. La caravane du Tour Auto quitte la montage pour retrouver la plaine. Dans l’après midi une épreuve sera disputée sur le circuit de Ledenon avant un repos bien mérité à Avignon au pied du palais des Papes.

.

Tour Auto 2018 : les classements de la 1ère étape

Dès 6h au petit matin (5h45 pour être précis), les concurrents du Tour Auto édition 2018 ont quitté le Grand Palais pour se rendre au Château de Courances. Une longue étape les attendait ensuite pour rejoindre Besançon après avoir disputé une épreuve chronométrée aux alentours d’Auxerre et une autre sur le circuit de Dijon-Prenois.
.

.

Compétition
La liste de départ du Tour Auto 2018 sentait la poudre avant même les premiers tours de roue. Du coté français, Jean-Pierre Lajournade et Ludovic Caron multiples vainqueurs de l’épreuve sont présents sur leurs montures habituelles. Côté britannique, l’équipage Andrew Smith et James Cottingham, vainqueur l’an dernier est présent pour défendre son titre. il sont cette année rejoints par Chris Ward (multiple vainqueur à Goodwood) engagé sur une Jaguar Type E. Derrière ces quatre favoris il ne faut pas oublier les habitués de l’épreuve tels que Ben Gill, Damien Kholer ou encore Jean-Marc Bussolini …

Avant même le départ de l’épreuve spéciale de Sinotte, les ennuis mécaniques accablent l’AC Cobra de Ludovic Caron en proie à des soucis de culasse. La fumante américaine disputera tout de même l’épreuve pour tenter de limiter les dégâts ou elle se classera troisième à quatorze secondes des vainqueurs. Devant, la lutte interne britannique est ouverte, la GT40 (1MUF) d’Andrew Smith et James Cottingham s’impose de seulement deux secondes devant Chris Ward en Jaguar Type E. Jean-Pierre Lajournade est de son coté fidèle à la stratégie qui a souvent fait sont succès avec un pilotage assuré sans fioriture le menant à la quatrième place de la spéciale.
.


.

On retrouve quasiment les mêmes acteurs lors de l’épreuve disputée sur le circuit de Dijon. James Cottingham nous offre un récital au volant de sa GT40 intouchable sur le très rapide tracé de Dijon-Prenois. Il devance de nouveau Chris Ward, l’écart est de 30 secondes. Le podium 100% britannique est complété par Ben Gill sur Shelby Cobra. Jean-Pierre Lajournade se classe de nouveau 4ème et Ludovic Carron paye ses soucis mécaniques en laissant s’échapper de précieuses et nombreuses secondes.

Au terme de la journée, voici le classement général de la catégorie compétition :

  1. Andrew Smith / James Cottingham – Ford GT40 MkI – 17m04s
  2. Chris Ward / Andy Elcomb – Jaguar Type E – 17m31s (+0m27s)
  3. Jean-Pierre Lajournade / Christophe Bouchet – Jaguar Type E – 18m02s (+0m58s)

.

Périodes G1 et G2
La aussi l’épreuve d’ouverture à Sinote touche directement les favoris au classement général. En effet, la Ligier JS2 de John of B ne sera pas en mesure de reprendre la route après une sortie de route. Les chants du V8 Cosworth sont donc interrompus dès les premiers kilomètres du Tour Auto 2018. Dans cette catégorie aussi c’est une GT40 qui s’impose, il s’agit de la version MkII de Patrick Hautot et Sylvain Cantrel. Le podium est complété par les deux BMW 2800 CS d’Alexandre Delaye puis de Richard Depagneux. Les écarts sont très faibles avec respectivement 2 et 5 secondes.

Sur le circuit de Dijon Prenois, les 7 litres des moteurs Ford des GT40 MkII ont fait parler la poudre. Patrick Hautot s’impose de nouveau en devançant une autre Ford GT40, celle de Philippe Vandromme. Derrière les puissantes américaines, Richard Depagneux se classe de nouveau troisième au volant de sa 2800 CS.

Voici le classement général provisoire au terme de cette première journée :

  1. Patrick Hautot / Sylvain Cantrel – Ford GT40 MkII – 18m01s
  2. Philippe Vandromme / Frédéric Vivier – Ford GT40 MkII – 18m49s (+0m48s)
  3. Richard Depagneux / Eric Joyau – BMW 2800 CS – 19m12s (+1m11s)

.

.
Périodes H1, H2 et I
Parmi ces autos les plus récentes engagées au Tour Auto ce sont des habitués qui figurent en tête des classements. Le duo Lecourt / Narac impose sa Porsche 911 aux couleurs de Gallia lors de la première spéciale. Philippe Ancelin a parfaitement exploité les qualités de sa Ford Escort 1600 RS en rallye en se classant second à 3 secondes des vainqueurs. Avec le même écart, on retrouve un autre habitué, Christophe Van Riet lui aussi engagé sur une Porsche 911.
.

.
Le circuit de Dijon Prenois voit un triplé des Porche 911. La victoire revient à la RSR 3.0L « La Mondiale » pilotée par deux spécialistes des courses d’endurance : Cooper Mac Neil et Gunnar Jeanette. Ils devancent de 6 secondes Christophe Van Riet et de 12 secondes Lecourt / Narac.

Les écarts sont très faibles dans cette catégorie que ce soit en épreuves spéciales ou sur circuits et cela se ressent au classement général ou le trio de tête se tient en moins de dix secondes. Voici le classement général provisoire au soir de l’arrivée à Besançon :

  1. Cooper Mac Neil / Gunnar Jeanette – Porsche 911 RSR 3.0L – 17m22s
  2. Christophe Van Riet / Caroline Grifnee – Porsche 911 RSR 3.0L – 17m26s (+0m4s)
  3. Michel Lecourt / Raymond Narac – Porsche 911 RSR 2.8L – 17m29 (+0m7s)

.

Régularité
Difficile d’établir des vérités dans la catégorie régularité après seulement deux épreuves de disputées. En régularité le classement final va se faire et se défaire au fur et à mesure des spéciales et des imprévus. A noter que cette année tous les concurrents sont équipés d’un GPS Trippy (bien connu en mal ou en bien par les concurrents du Rallye Monte-Carlo Historique). Ce système de GPS offre une précision bien supérieure aux organisateurs et permet notamment de multiplier les points de contrôle.

Au terme de l’épreuve spéciale de Sinote et de celle de Dijon-Prenois, voici le classement de la catégorie régularité. Notons que six pilotes se tiennent en moins de 10 secondes de pénalité et les dix premiers sont tous réunis en moins de 20 secondes:

  1. Jean Rigondet / Olivier Souillard – CG 1200 S – 0m08s
  2. Mathieu Sentis / Gaëtan Dumoulin – Peugeot 504 Berline – 0m08s (+0m00s)
  3. Philippe Fichet / Xavier Malenfer – Lancia Fulvia 1600 HF – 0m12s (+0m04s)

.

En ce mercredi la seconde étape du Tour Auto 2018 emmènera les concurrents depuis Besançon jusqu’à Megève. Au programme les pentes alpestres avec notamment deux épreuves spéciales disputés sur route fermées. La journée sera également par une épreuve sur circuit disputée sur le circuit de la Bresse.

.

Tour Auto 2018 : les photos de Dijon-Prenois

Lors de la première étape du Tour Auto 2018 qui menait les concurrents depuis le Grand Palais à Paris jusqu’à Besançon une épreuve était disputée sur le circuit de Dijon-Prenois. Lors des épreuves sur circuit les voitures sont réparties en 5 plateaux selon leur âge et leur puissance. Les plateaux 1 et 2 sont réservés à la catégorie régularité. Les plateaux 3, 4 et 5 sont ceux des voitures engagées en compétition avec des modèles de plus en plus rapides. Nous vous proposons de revenir en image sur les différentes courses des plateaux compétition sur le circuit de Dijon-Prenois :

.

Plateau 3

.

Plateau 4

.

Plateau 5

 

.

Tour Auto 2018 : les photos de l’ES1 – Sinotte

On vous emmène sur les bords des routes du Tour Auto 2018 et plus précisément à l’épreuve spéciale numéro 1. Celle-ci a été disputée sut les hauteurs d’Auxerre (Sinotte) le lundi en milieu de matinée. Voici les photos des différents plateaux de compétition :

Un lundi (presque normal) au Grand Palais

Au fil des éditions, on s’habitue au spectacle de l’exposition des magnifiques voitures du Tour Auto sous la verrière du Grand Palais. Les vérifications techniques et administratives sont l’occasion de créer un musée éphémère réunissant des autos parmi les plus belles et les plus rares du monde. On s’est habitué à ce mariage magique entre le Grand Palais et les voitures anciennes au point de ne plus apprécier celui-ci à sa juste valeur.

Il suffit d’apprendre que dans quelques années, le Grand Palais ne sera plus en mesure d’accueillir le départ du Tour Auto (en raison de travaux de modernisation en vue des jeux olympiques de Paris 2024) pour soudain mieux mesurer la beauté du spectacle qui nous est offert.
.

.

Les voitures sont alignées comme à la parade ou comme lors du salon de l’auro des années 50. Comme souvent Porsche semble avoir le plus grand « stand » avec des alignements importants de Porsche 356 et 911. Bien que moins nombreuses, les Ferrari alignées au centre du Grand Palais ne sont pas moins impressionnantes. Du coté des anglaises, les Jaguar sont les mieux représentées avec des XK120, 140, 150, Type E ou encore MK1 ou Mk2. Toujours du coté britannique les MG A et B sont toujours fidèles au poste. Cette année, les Aston Martin sont moins nombreuses que par le passé et l’on compte une seule D2/4. Les gros V8 américains sont également dignement représentées avec les Cobra et GT40 candidates à la victoire finale. On retrouve également un contingent de Ford Mustang agrémenté de quelques Corvette.

Pour cette édition 2018 les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques italiennes disparues : on retrouvera au départ notamment des Abarth, Autobianchi, Osca ou encore De Tomaso.

Voici les photos de cette journée de vérifications administratives et techniques au Grand Palais :
.

.
Au cours de la soirée, les belles carrosseries ont été admirées par les VIP invités par les partenaires ainsi que par l’organisation. Après une courte nuit de soleil, voitures et pilotes quitteront le Grand Palais dès 6h pour mettre le cap sur une première épreuve spéciale aux alentours d’Auxerre. Une épreuve sera ensuite disputée en milieu de journée sur le circuit de Dijon-Prenois avant de rejoindre dans la soirée la ville de Besançon.
.

Cap à l’Est pour le Tour Auto 2018

Le parcours détaillé de la 27ème édition du Tour Auto vient d’être dévoilé par les équipes de Peter Auto. Celui-ci se déroulera du 23 au 28 avril 2018 et emmènera les concurrents depuis la verrière du Grand Palais jusqu’à la baie des Anges à Nice. Le Tour Auto mettra donc principalement le cap à l’Est avec une importante partie alpestre, ce qui laisse présager de très belles spéciales pour les quelques 230 concurrents alignés au départ.
.

.

Pour l’édition 2018, les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques italiennes disparu : Autobianchi, De Tomaso, Osca ou encore Cisitalia, Lombardi, Moretti, Siata… Le parcours du Tour Auto 2018 s’achèvera à quelques kilomètres de l’Italie pays de naissance des véhicules mis à l’honneur.

Avant de rejoindre Nice, les concurrents feront étape à Besançon, Megève, Avignon ou encore Aix en Provence. Voici le déroulé jour par jour du Tour Auto 2018 :
.

Lundi 23 avril : Paris

  • Contrôles techniques et administratifs au Grand Palais

.

Mardi 24 avril : Paris – Besançon

  • Circuit de Dijon Prenois
  • Une épreuve spéciale

.

Mercredi 25 avril : Besançon – Megève

  • Circuit de la Bresse
  • Deux épreuves spéciales

.

.

Jeudi 26 avril : Megève – Avignon

  • Circuit de Lédenon
  • Deux épreuves spéciales

.

Vendredi 27 avril : Avignon – Aix en Provence

  • Circuit Paul Ricard
  • Deux épreuves spéciales

.

Samedi 28 avril : Aix en Provence – Nice

  • Trois épreuves spéciales

.

Retrouvez ici l’animation du parcours détaillé du Tour Auto 2018 qui vous permettra d’avoir une idée plus précise des routes empruntées. Nul doute que certains d’entre vous particulièrement précis en cartographie seront capables de reconnaître certains passages mythiques de l’histoire du rallye.

.

.

Retour en vidéos sur le Tour Auto 2017

Le clap de fin du Tour Auto 2017 a eu lieu hier midi à Biarritz. Afin de prolonger la magie de cette épreuve et de patienter jusqu’à l’édition 2018, nous vous proposons de revenir en vidéos sur les différentes étapes du Tour Auto 2017 ainsi que sur les images marquantes de l’épreuve.

.

L’image du Tour Auto

La victoire finale se joue parfois a quelques centimètres dans le Tour Auto. Les images qui suivent en sont la parfaite illustration, la victoire ou l’abandon se jouant à quelques centimètres entre les arbres et le parapet du pont.

.

Le résumé étape par étape

.

.

.

.

.

.

Le résultat final

.

Les photos de la dernière étape du Tour Auto 2017

La dernière étape du Tour Auto 2017 emmenait les concurrents depuis Toulouse jusqu’à Biarritz après une brève incursion dans les Pyrénées. D’un point de vue sportif la journée se décomposait entre une spéciale le matin, une épreuve sur le circuit de Pau Arnos dans l’après midi et deux spéciales nocturnes aux alentours de Biarritz.

Nous avons rejoint la caravane du Tour Auto sur le circuit de Pau Arnos pour ne plus lâcher les concurrents jusqu’à la dernière épreuve spéciale qui s’est terminée aux alentours de 2h du matin. Voici les photos de cette magnifique journée sur les routes du Tour Auto prises avec photoracetrack.com
.


.

Le classement final du Tour Auto 2017

Au milieu de la nuit, les concurrents du Tour Auto 201 ont franchi la ligne d’arrivée de l’épreuve située à la Cité de l’Océan à Biarritz. Après une courte nuit de sommeil, il est temps de faire les comptes et d’établir les classements définitifs des différentes catégories.

.

Compétition

La catégorie compétition regroupe les voitures de course d’avant 1965, il s’agit des voitures phares du Tour Auto. Pour la victoire finale, il y aura eu relativement peu de suspens tant Andrew Smith et James Cottingham ont dominé l’épreuve de bout en bout. Ils remportent l’immense majorité des spéciales et courses sur circuit, leur plus mauvaise position étant troisième. Le Tour Auto n’a cependant pas été un long fleuve tranquille pour 1MUF leur Ford GT40 avec notamment des petites sorties de route. Ils l’emportent finalement avec sept minutes d’avance sur leurs dauphins.

S’il n’y a pas eu de suspens pour le podium, il a fallu attendre la dernière spéciale de la dernière étape pour savoir qui accompagnerait la GT40 sur le podium. La veille de l’arrivée, le vainqueur des deux précédentes éditions Jean Pierre Lajournade se retire en raison de soucis mécaniques. Il était alors classé troisième avec sa Jaguar Type E. Lors de l’avant dernière spéciale disputée dans la nuit de samedi à dimanche, Ludovic Caron sort de la route et endommage sérieusement son AC Cobra. Cela met un terme à son Tour Auto 2017 alors qu’il était solidement installé à la seconde position.
.

.

La seconde marche revient finalement à Raphael Favaro et Lucien Charles Nicolet au volant de leur Type E. Ils ont toujours pointé dans les positions de tête tout au long du Tour Auto et la régularité paye. Le podium est complété par la GT40 de Olivier Ellerbrock et Olivier Louisoder.
. 

Pos Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 Andrew SMITH / James COTTINGHAM GBR/GBR Ford GT40 2h05m31s
2 Raphael FAVARO / Lucien Charles NICOLET CHE/CHE Jaguar Type E 2h12m25s 6m54s
3 Olivier ELLERBROCK / Olivier LOUISODER DEU/DEU Ford GT40 2h13m16s 7m45s

.

Du coté des MGB, il y avait cinq voitures au départ mais le Tour Auto s’est monté impitoyable avec les roadster d’Abbingdon. Seulement une MGB franchi la ligne d’arrivée, il s’agit de celle de Jean-Luc Durand et Sylvain Proyart qui se classent 23ème.
.

Retrouvez ici le classement définitif de la catégorie Compétition

.

Indice de performance

Le classement à l’indice de performance est une véritable course dans la course. Celui-ci est basé sur le classement scratch (compétition) auquel on ajoute un coefficient qui prend en compte l’âge de la voiture ainsi que la cylindrée de celle-ci.

Le Tour Auto 2017 revient à Jean-François Penillard et Caroline Verlaine au volant de leur Porsche 356. Ils devancent une auto française qui était à l’honneur lors de ce Tour Auto. Il s’agit de la DB HBR5 de la famille Laureau. Le podium est complété par une Alfa Romeo Giulia Sprint Veloce, une voiture toujours performante au classement à l’indice de performance. Jean-Yves Beaupigny et Jean-Louis Clastre se classent troisièmes.

Pos Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 Jean-François PENILLARD / Caroline VERLAINE FRA/FRA Porsche 356 Pré A 1h30m32s
2 Antoine LAUREAU / Antoine LAUREAU FRA/FRA DB HBR5 1h32m21s 2m49s
3 Jean-Yves BEAUPIGNY / Jean-Louis CLASTRE FRA/FRA Alfa Romeo Giulia Sprint Veloce 1h36m27s 5m55s

.
Retrouvez ici le classement définitif à l’Indice de Performance

 

Périodes G1 et G2

Dans les catégories G, on a assisté à une véritable course d’élimination, les leaders connaissant chacun leurs tours des difficultés plus ou moins importantes. Dans le meilleur des cas elles leur ont couté beaucoup de temps, alors que d’autres ont été contraints à l’abandon. Au final sept voitures sont classées mais seulement cinq voitures auront disputé l’épreuve de bout en bout.

A l’arrivée à Biarritz, la catégorie est reportée par Daniel Viard et Didier Haquette sur leur Ford Mk1 RS 2000. Ils devancent la Renault 8 Gordini de Gérard Salat et Jean-Pierre Biggi. La troisième position sur le podium se jouera lors de l’ultime étape du Tour Auto puisque Jean-François Barre et Christophe de Bouet du Portal prennent finalement le meilleur sur la Mini de Christophe Thiboult et Guillaume Brajeux.
.

Pos Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 Daniel VIARD / Didier HAQUETTE FRA/FRA Ford Escort Mk1 RS2000 2h28m32s
2 Gérard SALAT / Jean-Pierre BIGGI FRA/FRA Renault 8 Gordini 2h37m36s 9m04s
3 Jean-François BARRE / Christophe de BOUET DU PORTAL FRA/FRA BMW 2002 2h47m05s 18m33s

.
Retrouvez ici le classement définitif des catégories G1 et G2

.

Périodes H1, H2 et I

La bataille pour la victoire finale aura tenue en haleine les spectateurs et les concurrents tant les écarts sont restés faibles jusqu’au départ de la dernière étape. Didier Sirgue et Jean Michel Carrière étaient régulièrement les plus rapides lors des épreuves spéciales. Mister John of B et Sibel étaient quant à eux intraitables lors des épreuves disputées sur circuit au volant de leur Ligier JS2.

La victoire finale revient finalement à l’équipage de la Ligier. La De Tomaso Pantera de Sirgue / Carrière à eu des difficultés lors de la derrière étape qui l’ont fait plonger au classement général. En seconde position on retrouve

Les américains Cooper Mac Neil / Gunnar Jeannette qui disputaient l’épreuve sur une Porsche disposant d’un impressionnant palmarès. En troisième position on retrouve une autre 911, celle de Jean-Maurice Rey et Sébastien Eberhard.
.

Pos Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 Mister JOHN OF B. / SIBEL FRA/FRA Ligier JS 2 DFV 2h07m41s
2 Cooper MAC NEIL / Gunnar JEANNETTE USA/USA Porsche 911 RSR 3.0L 2h10m53s 3m12s
3 Jean-Maurice REY / Sébastien EBERHARD CHE/CHE Porsche 911 RS 3.0L 2h14m32s 6m51s

.
Retrouvez ici le classement définitif des catégories H1, H2 et I

 

Régularité

Le classement de la régularité est apparu incertain jusqu’au bout tant les écarts entre les spécialistes de la discipline sont faibles. Les deux dernières spéciales disputées de nuit ont ajouté encore un peu à la difficulté de tenir la moyenne imposée lors des épreuves chronométrées.
.

.

Le résultat final est assez surprenant puisque grâce à une re-créditation de temps de 30 secondes l’équipage argentin Tomas Hinrichsen et Solange Mayo remportent l’épreuve. Ils s’étaient montrés relativement discrets tout au long de l’épreuve et prennent la tête lors de l’ultime étape. Seulement six secondes derrière les leaders ont retrouvé l’imposante Studebaker Coupé Champion de Jean-François et François Nicoules. Philippe Fichet et Gilles François profitent de la dernière journée pour se hisser sur la troisième marche du podium au volant de leur Lancia Fulvia Coupé 1600 HF.
.

Pos Pilote / Copilote Nat Voiture Temps Ecart
1 Tomas HINRISCHSEN / Solange MAYO ARG/ARG Maserati 200 SI 1m02s
2 Jean-François NICOULES / François NICOULES FRA/FRA Studebaker Coupé Champion 1m08s 0m06s
3 Philippe FICHET / Gilles FRANCOIS FRA/FRA Lancia Fulvia Coupé 1600 HF 1m15s 0m13s

.
Retrouvez ici le classement définitif de la catégorie régularité

.

Le Tour Auto 2017 tire ainsi sa révérence au terme d’une semaine particulièrement animée et marquée par des conditions météorologiques changeantes. Rendez vous en avril 2018 pour une nouvelle édition du Tour Auto.

.

« Articles Précédents