Archives du Tag Lotus

Tour Auto 2018 : le classement final

Après 5 étapes et plus de 2000 kilomètres parcourus, le Tour Auto 2018 a enfin rendu son verdict ou presque. Les classements du Tour Auto 2018 ont tous été publiés meme si certains restent provisoires en raison de vérifications techniques ou de décision du collège des commissaires. En dehors de la partie sportive, le Tour Auto 2018 a bénéficié d’une météo très clémente permetant de parfaitement profiter du réseau secondaire français. Voici les classements des différentes catégories.

.

Compétition
Le meilleur performer du Tour Auto 2018 est sans conteste la Ford GT40 de James Cottingham et Andrew Smith en remportant neuf victoires d’épreuves spéciales sur les treize disputées. Quatorze épreuves étaient au programme mais une a été annulée en raison d’un incident. La boite de vitesse de la Ford GT40 ayant décidé de ne pas rallier Nice, l’équipage de 1MUF ne peut pas prétendre à la victoire finale mais remporte sans aucune contestation possible le prix de la performance et celui du panache. Au final les victoires de spéciales se seront réparties entre deux équipages, d’un côté la GT40 dont nous venons de parler et de l’autre Chris Ward sur Jaguar Type E qui remporte quatre épreuves. Celui-ci ayant connu des soucis mécaniques sur le circuit du Castellet, il ne peut pas non plus prétendre à la victoire finale.

Le Tour Auto 2018 aura été une véritable course à élimination. Dès le premier jour, en raison d’incidents mécaniques, la Cobra de Ludovic Caron etait écartée de la victoire. Il en sera de même quelques jours plus tard pour la Jaguar Type E de Jean-Pierre Lajournade. Au fil des épreuves les favoris à la victoire finale connaissent des soucis mécaniques jusqu’au retentissant abandon de la Ford GT40 le dernier jour alors que celle-ci dominait outrageusement la compétition depuis le début. Au final c’est un podium inédit que nous propose la version 2018 du Tour Auto.

Le duo suisse Raphaël Favaro / Yves Bandan s’impose pour la première fois dans l’épreuve au volant d’une Lotus Elan. Même si la victoire leur revient dans les dernières spéciales suite aux déboires de leurs concurrents celle-ci est totalement méritée car la Lotus a toujours été placée dans le peloton de tête. Et selon le célèbre adage d’Enzo Ferrari, pour finir premier, il faut d’abord finir … La seconde marche du podium final est occupée par Frédéric Jousset et Paul Miliotis, ils accusent un retard de 1m24s avec leur AC Cobra. En troisième position on retrouve une autre Lotus Elan, celle de Damien Kohler et Sylvie Laboisne à 3m47s des vainqueurs.
.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium de la catégorie compétiton :

  1. Raphaël Favaro / Yves Badan – Lotus Elan 26R – 1h55m05s
  2. Frédéric Jousset / Pau Milliotis – Shelby Cobra 289 – 1h56m29s (+1m24s)
  3. Damien Kohler/ Sylvie Laboisne – Lotus Elan 26R – 1h58m52s (+3m47s)

.

Retrouvez ici le classement complet de la catégorie Compétition

.

Périodes G1 et G2
Dans cette catégorie la lutte aura été particulièrement intense. Pour caricaturer un peu les choses, les BMW 2800 CS se montraient redoutables dès que les épreuves étaient sinueuses et à l’inverses les Ford GT40 étaient intouchables dès qu’elle pouvaient faire parler leur puissance. Les vainqueurs de spéciales ont été nombreux, notamment avec de belles performances de Perot / Excoffier sur leur Chevrolet Corvette C3. Ceux-ci ne pouvant prétendre à une bonne position au classement général en raison d’ennuis en milieu de rallye. La Ford GT40 de Philippe Vandromme était en bonne position jusqu’à l’issue de la dernière épreuve spéciale mais celle-ci ne figure pourtant pas au classement général final.

C’est bien une Ford GT40 MkII qui s’impose à Nice, celle de Patrick Hautot et Sylvain Cantrel. Ils devancent de 1m12s la BMW 2800 CS de Richard Depagneux et Eric Joyau. Cet écart déjà faible aurait pu l’être encore plus si l’équipage de la BMW n’avait pas écopé de 20 secondes de pénalité le premier jour du rallye. En troisième position on retrouve l’Alfa Romeo 1750 GTAM de Timm Meinrenken et Fyn Schroder, ceux-ci accusent un retard de 4m29s sur la Ford de tête.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium des périodes G1 et G2 :

  1. Patrick Hautot / Sylvain Cantrel – Ford GT40 MkII – 1h57m14s
  2. Richard Depagneux / Eric Joyau – BMW 2800 CS – 1h58m26s (+1m12s)
  3. Timm Meinrenken / Fynn Schroder – Alfa Romeo 1750 GTAM – 2h01m43s (+4m29s)

.

Retrouvez ici le classement complet des périodes G1 et G2

.

Périodes H1, H2 et I
Le classement des périodes H1, H2 et I aura incontestablement été le plus serré tout au long de ce Tour Auto 2018. La Ferrari de Florent Jean ayant été rapidement écartée de la victoire finale en raison de soucis mécaniques, la course s’est résumée en une lutte sans merci entre un trio de Porsche. On retrouvait dans ce trio la Porsche de Raymond Narac et Michel Lecourt qui se verra ralenti par des pénalités puis des soucis mécaniques.

C’est finalement le duo de pilotes professionnels américains Gunnar Jeanette / Cooper Mac Neil qui s’impose au volant de la Porsche 911 Carrera RSR 3.0L « Défense Mondiale ». Ils devancent de 40 secondes la même voiture emmenée par Christophe Van Riet et Caroline Grifnée. Pointé avec un retard de 3m15s sur l’équipage de tête, Didier Sirgue et Jean-Michel Carrière prennent la troisième position au volant de leur De Tomaso Pantera Gr.IV.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

Le podium des périodes H1, H2 et I :

  1. Cooper Mac Neil / Gunnar Jeanette – Porsche 911 RSR 3.0L – 1h48m53s
  2. Christophe Van Riet / Caroline Grifnee – Porsche 911 RSR 3.0L – 1h49m33s (+0m40s)
  3. Didier Sirgue / Jean-Michel Carriere – De Tomaso Pantera Gr.IV – 1h52m08s (+3m15s)

.

Retrouvez ici le classement complet des périodes H1, H2 et I

.

Indice de performance
Le classement à l’indice de performance tient à la fois compte des temps réalisés mais aussi des performances de la voiture. Chaque véhicule se voit attribué un coefficient en fonction de la cylindrée et de l’âge de la voiture. Logiquement plus une voiture est récente et plus son moteur est puissant plus elle doit être rapide. Le temps réalisé dans chaque épreuve est ensuite multiplié par le coefficient propre à chaque véhicule pour établir un classement à l’indice de performance.

Le coefficient peut être inférieur à 1, ne soyez donc pas surpris de voir des temps inférieurs à ceux des vainqueurs des autres catégories. Le duo Jean-François et Chloé Penillard s’impose de nouveau. Ils sont de vrais spécialistes du classement à l’indice de performance au volant de leur Porsche 356 Pre A qui se montre rapide tout en bénéficiant d’un coefficient avantageux de 0,56. Ils devancent deux Alfa Romeo, tout d’abord la rare Giulia Sprint Speciale de Pierre Machi et Isabelle Martrou puis la GTA de l’équipage 100% féminin Daniela Ellerbrock et Jackie Rohwer. La GTA avec son coefficient de 0,78 n’est pas forcément une auto avantagée mais la rapidité de l’équipage féminin leur permet de figurer sur le podium du classement à l’indice de performance.

.

.

Le podium de l’indice de performance :

  1. Jean-François Penillard / Chloé Penillard – Porsche 356 Pre A – 1h14m54s
  2. Pierre Machi / Isabelle Martrou – Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale – 1h18m53s (+3m59s)
  3. Daniella Ellerbrock / Jackie Rohwer – Alfa Romeo Giulia Sprint GTA – 1h37m29s (+22m35s)

.

Retrouvez ici le classement complet à l’indice de performance

.

Régularité
Généralement dans la catégorie régularité les positions changent chaque jour tant les écarts entre les spécialistes de la catégorie sont faibles. Il n’est pas rare de voir des changements de leader la dernière journée, notamment lorsqu’il y a des bonifications liées à certains types de voiture.

Lors de ce Tour Auto 2018, Jean Rigondet et Olivier Souillard ont pris la tête du classement général dès le premier jour au volant de leur CG 1200 S pour ne plus la lâcher jusqu’à l’arrivée à Nice. Les équipages les accompagnants sur le podium ont varié au fil des étapes mais rapidement Nicolas Pagano accompagné de l’expérimenté Michel Périn se sont octroyés la seconde position à bord de leur Alfa Romeo 1750 GTV. C’est une autre italienne qui complète le podium de la catégorie régularité, à savoir la Maserati 200 SI de Tomas Hinrichsen et Solange Mayo. Philippe Fichet et Xavier Malenfer à bord d’une Lancia Fulvia 1600 HF ont régulièrement joué aux avants postes mais ils échouent finalement au pied du podium de ce Tour Auto 2018.

Le podium de la catégorie Régularité :

  1. Jean Rigondet / Olivier Souillard – CG 1200 S – 1m30s
  2. Nicolas Pagano /Michel Périn – Alfa Romeo 1750 GTV – 1m58s (+0m28s)
  3. Thomas Hinrichsen / Solange Mayo – Maserati 200 SI – 2m00s (+0m30s)

.

Retrouvez ici le classement complet de la catégorie Régularité

.

On vous emmène à Rétromobile 2018

Comme chaque année au début du mois de Février, on vous emmène à Rétromobile. En raison des conditions météorologiques et d’un contre temps de dernière minute cette visite a failli ne jamais avoir lieu. En voyant les photos du salon sur les différents réseaux sociaux, difficile de ne pas avoir envie de faire le déplacement pour admirer les plus belles carrosseries. C’est finalement le dimanche, dernier jour de l’édition 2018, que nous nous sommes rendus porte de Versailles pour visiter l’édition 2018 du salon Rétromobile.

Se rendre au salon Retromobile c’est un peu comme rendre visite à un ancien membre de la famille, on passe toujours un bon moment, on est rarement déçus mais c’est relativement sans surprise. Au fil des éditions, les organisateurs nous ont habitués aux expositions de haut vol et Retromobile 2018 ne fait pas exception avec entre autres une magnifique exposition en hommage à Abarth venant compléter les modèles d’exceptions présents sur les stands des négociants.
.

.

L’engouement des constructeurs automobiles continue de se confirmer avec des stands dont les superficies se rapprochent de plus en plus de celles du Mondial de l’Automobile. Renault célébrait comme il se doit la marque Alpine au moment ou la nouvelle A110 fait son apparition sur le marché. La marque au losange n’oubliait pas les autres véhicules en particulier les youngtimers avec notamment la présence peu attendue d’un Espace et d’une Mégane Scenic de première génération. Du coté de Peugeot et Citroën, le coup de projecteur était mis sur les clubs qui font vivre la mémoire des marques et permettent à de nombreux modèles de pouvoir encore circuler. Jaguar et Land Rover mettaient en avant le savoir faire de leurs programmes de restauration ou de reconstruction. Le stand des constructeurs britanniques présentait une Jaguar Type E et un Range Rover entièrement restaurés ainsi qu’une Jaguar Type D, premier exemplaire d’une série de reconstructions à venir.

Comme chaque année les grands marchand internationaux ne sont pas en reste et présentent toujours à Rétromobile des automobiles exceptionnelles. Les habituels JD Classics, Fiskens ou William l’Anson ont amené des pièces de musée avec notamment une Jaguar Type E low drag, une Jaguar XK120 ex Coupe des Alpes ou encore une Lotus de Formule 1 des années 70. Cette année, notre coup de cœur ne porte pas sur des automobiles britanniques et revient au stand de Lukas Hüni. Celui-ci a réussi le tour de force de présenter une sélection de dix Ferrari 250 GT châssis court. Lorsque l’on connait la rareté et la cote de cette Ferrari d’exception, cela laisse imaginer des efforts entrepris pour réunir une telle collection sous les yeux des spectateurs au cœur de Paris.
.

.

En ce qui concerne les voitures vendues, bien que notre visite se soit déroulée le dernier jour du salon, le nombre de panneaux « vendus » ou « sold » présents sur les voitures nous a semblé moins importants que les années précédentes. Il s’agit simplement d’un ressenti personnel mais la fièvre acheteuse semble moins importante que par le passé. Les acheteurs français et internationaux sont toujours présents en nombre dans les allées du salon Rétromobile 2018 mais leurs achats semblent plus raisonnés que par le passé.

A vous de vous faire votre propre avis sur l’édition 2018 du salon Rétromobile avec les photos que nous vous avons ramené de notre visite :
.

 

Morrissette à l’Historic Tour du Val de Vienne 2017

Après s’être remis en jambes sur le circuit de Nogaro, Morrissette continuait et terminait sa saison 2017 le weekend dernier sur le tracé du Val de Vienne. Un circuit que la MG connait particulièrement bien en raison de ses nombreuses participations à Sport et Collection. Au programme pour Morrissette, 25 minutes de qualifications le samedi suivies d’une course d’une heure le dimanche.
.

.

Le samedi matin, lors des premières séances d’essai, une monoplace a eu la mauvaise idée de vidanger son moteur sur la piste. Eau et huile ne faisant pas bon ménage, il faudra près de deux heures aux commissaires de piste pour nettoyer le circuit. Notre séance d’essai qualificatifs est réduite à 20 minutes pour compenser le retard accumulé dans la matinée. Le règlement de l’ASAVE Racing 65 impose que les deux pilotes participent aux essais qualificatifs, dans ces conditions, difficile de se mettre en jambe avec au maximum 4-5 tours par pilote.

Il faudra attendre les dernières secondes de la séance d’essai pour que Morrissette signe un chrono de 2’07’877 ce qui nous donne le 11ème temps. La MG B se classe une fois encore derrière les deux Lotus Cortina du plateau mais vu les écarts de temps au tour il sera impossible de les suivre en course. La bataille aurait pu être belle avec une Sunbeam Tiger qui s’est qualifiée dans la même seconde que Morrissette. Malheureusement le V8 de la Sunbeam en décidera autrement et la voiture ne pourra prendre le départ de la course.

La météo du dimanche est moins clémente que celle du samedi après-midi et les averses s’enchainent tout au long de la journée. Le vent permet de maintenir la piste praticable mais celle-ci s’humidifie de plus en plus au cours de la journée. Au moment du départ, la piste est quasiment sèche, permettant aux voitures et aux pilotes de s’exprimer librement. Le départ de Morrissette aurait pu être excellent si son pilote n’avait pas raté le passage de la 3ème vitesse. Au final c’est donc un départ neutre, ni bon, ni mauvais ou la MG B se contente de conserver sa position. Rapidement les performances entrevues lors des qualifications se confirment, les Cortina disparaissent peu à peu au loin devant Morrissette et aucune voiture n’apparait dans le rétroviseur. Ce sera donc une course relativement anonyme en milieu de peloton où l’on se contente d’enchainer les tours les plus propres possibles.

La MG B remonte petit à petit dans le classement au grès des abandons et des soucis mécaniques rencontrés par les autres concurrents. A mi-course Morrissette rentre au stand pour changer de pilote au moment où la pluie s’intensifie peu à peu. La seconde partie de la course sera marquée par une longue intervention du safety car afin de pouvoir évacuer un concurrent en panne au milieu de la piste. Le safety car regroupe les voitures, mais lors d’une course d’une heure peu de concurrents sont encore dans le même tour. Au moment du restart, Morrissette bataille quelque tour avec une Austin Healey 100-4 sur laquelle elle finit par prendre le dessus. La MG B et sa pilote passent la ligne d’arrivée à la 8ème place au classement général.

.

.

Après ces deux courses d’ASAVE Racing 65 disputées en quelques semaines sur les circuits de Nogaro et du Val de Vienne, Morrissette va se reposer quelque temps pour mieux revenir pour une nouvelle saison en 2018.

.

Circuit des Remparts 2017

Qui dit journées du patrimoine dit nécessairement Circuit international des Remparts à Angoulême. Etant plutôt tournés vers les vielles roues à rayons que vers les vieilles pierres, nous avons pris le chemin de la Charente dimanche matin pour assister à l’édition 2017 du Circuit des Remparts.

La météo s’est montrée pour le moins capricieuse avec des températures dignes du mois de Novembre et une après-midi copieusement arrosée. Entre deux averses, les pilotes ont fait étalage de leurs talents sur un piste tantôt grasse, humide, détrempée ou séchante.

Le Circuit des Rempart ne figure au programme d’aucun championnat régulier de voitures de collection, les différents plateaux sont donc constitués pour l’occasion. On retrouve à parts à peu près égales des courses de monoplaces et d’autres de GT et berlines. En plus de ces deux grandes catégories, une démonstration de rallye mettant en scène les légendes du Groupe B était proposée aux spectateurs.
.

.

Malgré des plateaux quelque peu hétéroclites les batailles sont toujours au programme particulièrement en GT. Les plateaux Henri Greder et Jean Pierre Beltoise ont tenu les spectateurs en haleine tout au long des 30 minutes qui leurs étaient allouées avec de belles batailles pour la victoire finale mais également pour les places d’honneur. Le Circuit des Remparts est très court, puisqu’il développe un peu plus d’un kilomètre, et les plus rapides bouclent un tour en moins d’une minute. Les écarts y sont donc relativement restreints ce qui facilite grandement le spectacle en piste. Rappelons que le Circuit des Remparts d’Angoulême est le seul tracé urbain français à n’avoir pas évolué depuis l’époque où il accueillait les championnats internationaux de monoplaces.

Le Circuit des Remparts d’Angoulême lutte chaque année pour sa survie et l’équipe d’organisation a changé pour cette édition 2017. Seul fausse note, le prix des entrées fixé à 29€ par personne pour la journée de dimanche ce qui avait de quoi rebuter les moins fortunés. En dehors de ces considérations financières, l’organisation était bien huilée avec une gestion parfaite des contraintes liées aux plans Vigipirate et l’excellente idée de déplacer l’entrée des spectateurs dans le paddock afin de faciliter la vie de ces derniers mais également des équipes d’assistance.

Rendez-vous en 2018 sur le Circuit des Remparts en espérant que la météo soit plus clémente aussi bien pour les pilotes que pour les spectateurs et les organisateurs. Pour vous faire patienter jusqu’en septembre 2018, voici quelques photos prisent ce weekend.
.

Morrissette back on track

La dernière course de Morrissette avait eu lieu à Nogaro en Septembre 2016, un an tout juste après ses derniers tours de roue en compétition, la MG B est de retour dans le Gers pour une nouvelle course. Comme de coutume, la voiture est inscrite dans la catégorie ASAVE Racing 65, mais le règlement a changé : fini les deux courses sprint de 25 minutes et place à une course longue d’une heure avec arrêt changement de pilote au milieu de celle-ci.

Pour réussir sa rentrée des classes, Morrissette a profité de l’hiver et de l’été pour parfaire ses réglages, au menu un passage au banc pour optimiser l’allumage et la carburation ainsi qu’un changement des différents manomètres. Les antiques Smith ont laissé place à des plus modernes Stack, l’authenticité y perd ce que la précision y gagne. Merci au Garage de la Choletterie pour les réglages parfaits de la MG B en prévision de la course de Nogaro.

La météo gersoise n’est pas des plus clémente et si Claire a déjà eu l’occasion de rouler sur le circuit Paul Armagnac sous la pluie, cela sera une première pour Romain. Les séances d’essais libres du vendredi sont mises à profit pour valider les réglages et se remettre en jambe après 12 mois sans compétition. La MG B fonctionne bien et les interventions mécaniques se limitent aux réglages des freins arrière.
.

.

La samedi matin place aux choses sérieuses avec la séance d’essais qualificatifs. Celle-ci se déroulera intégralement sur piste sèche, petit à petit les chronos de Morrissette s’améliorent pour atteindre 1’55’721. Ce temps place la MG B au cœur d’un peloton d’anglaises puisque devant dans la même seconde on retrouve deux Lotus Cortina et quelques centièmes devant une Lotus Elan. Morrissette précède une autre anglaise mythiques, une Mini, de quoi annoncer de belles batailles en course.

Le dimanche les giboulées de printemps (même si nous sommes à la fin de l’été) rythment la matinée sur le circuit de Nogaro. Au moment du départ, la piste est sèche mais les nuages sont menaçants. Le départ de Morrissette est plutôt moyen car en collant trop le pilote de devant pour ne pas perdre la précieuse aspiration impossible de voir les feux de signalisation, ce sont donc quelques dixièmes qui s’envolent dès les premiers mètres. La MG B garde sa place dans le peloton souffrant principalement d’un déficit de vitesse de pointe dans la longue ligne droite de l’aérodrome. Cela n’empêche pas Morrissette de lutter avec une surpuissante AC Cobra et de prendre l’avantage à la régulière. Dès le deuxième tour, la pluie fait son apparition à certains endroits du circuit. Il pleut ainsi fortement sur la première partie du circuit alors que la fin du tour est entièrement sèche. Plus la pluie s’intensifie plus la MG B remonte au classement en prenant le meilleur notamment sur les Lotus Cortina.

La course est interrompue au drapeau rouge en raison d’huile sur la piste et d’une voiture mal placée. Le second départ est bien meilleur que le premier et Morrissette gagne plusieurs positions dans les premiers virages. La bataille en peloton nous offre l’occasion de passer quelques virages roues dans roues avec une rarissime et très onéreuse Alfa Romeo Giulia TZ. Après deux tours de bataille avec la Mini de Philippe Quirière, Romain tente un dépassement un poil optimiste dans la courbe faisant suite à la ligne droite des stands. L’entrée du virage sur les freins ne pardonne pas, la MG B part immédiatement en glisse pour finir sa course dans l’herbe. Un grand merci à Philippe qui a eu les bons réflexes pour éviter Morrissette en perdition devant le capot de sa Mini.

Une fois cette mésaventure passée, Morrissette reprend la piste et repart immédiatement à l’attaque pour récupérer les positions perdues lors de sa sortie de piste. En quelques tours, la position initiale est récupérée, mais impossible de remonter plus haut car la piste sèche de plus en plus.
.

.

A la mi-course, il est temps de passer le relai à Claire sur une piste séchante mais pas encore totalement sèche. Dès la sortie des stands, la MG B montre que sa puissance, certes limitée, est néanmoins largement suffisante pour faire glisser le train arrière sur piste grasse.

En cette deuxième partie de course, les écarts sont relativement marqués et il est difficile voire impossible de gagner des positions. Les chronos s’améliorent de tour en tour avec un piste séchante. Le coup d’œil dans le rétro au bon moment permet d’éviter une Ford Falcon en perdition, juste le temps d’ouvrir la trajectoire pour éviter la collision et celle-ci termine sa course dans le bac à gravier. Morrissette se montre particulièrement fiable et ne chauffe pas tout au long de la manche, de quoi passer sereinement le drapeau à damier après une heure de course. La MG B et son équipage termine à la dixième place du classement général, une position plus qu’honorable si on se réfère à la qualité du plateau composant la grille de l’ASAVE Racing 65.

A l’exception de la météo, ce weekend de reprise fut quasiment parfait. Nous ne savons pas encore quand Morrissette reprendra la piste mais espérons que ce sera le plus rapidement possible.

.
Ci dessous, la vidéo que vous attendiez tous 🙂 … nous mettrons en ligne la vidéo de la course complète très prochainement.
.

.

Grand Prix de Pau Historique 2017, les photos du dimanche

Après la journée de samedi consacrée aux essais libres puis aux essais qualificatifs, les voitures étaient de nouveau en piste ce dimanche au Grand Prix de Pau Historique 2017 pour une journée entièrement dédiée aux courses. Comme lors de la première journée, les conditions météorologiques étaient de nouveaux caniculaires et pilotes comme spectateurs recherchaient désespérément des zones d’ombre et de fraicheur.

Parmi les différents plateaux, notre préférence se porte sur ceux dédiés aux GT et aux berlines avec l’habituel Trophée Maxi 1000 mais également l’Historic Endurance. Ce dernier disputé sur une durée d’une heure a ravi les spectateurs avec des batailles à tous les niveaux du peloton et ce tout au long de la course.

Les monoplaces ont depuis toujours fait la renommée du Grand Prix de Pau que ce soit dans sa version moderne ou historique. L’édition 2017 du Grand Prix de Pau Historique mettait à l’honneur les Formule 2 avec un plateau réunissant une dizaine de voitures.

Plutot que les mots, voici les photos des différents plateaux en piste au cours de la seconde et dernière journée du Grand Prix de Pau Historique 2017 :
.

.

Historic Tour Le Mans 2016

L’Historic Tour continue son développement et inclut pour la première fois une manche sur le circuit du Mans. Les pilotes de ce championnat de France réservé aux voitures historiques se retrouveront ce weekend (23-25 septembre) sur le circuit Bugatti. Il s’agit de l’avant dernière manche de l’Historic Tour qui se clôturera quelques semaines plus tard sur le circuit de Ledenon.
.

historic-tour-le-mans

.
L’heure du bilan final approchant, chaque pilote aura à cœur de marquer le plus de points possible pour garantir une bonne position au classement final de l’Historic Tour. La légende entourant le circuit du Mans a encore fait son effet et l’on annonce plus de 400 pilotes au départ de l’Historic Tour du Mans. Les habituels protagonistes français seront rejoints par de nombreux pilotes européens, principalement britanniques. Avec autant de pilotes au départ, le spectacle devrait sans nul doute être assuré tout au long du weekend.

Les plateaux en piste seront ceux que l’on retrouve habituellement au départ des différentes manches de l’Historic Tour avec des courses réservées aux GT et berlines : Trophée Maxi 1000, HTCC / Le Groupe 1, ASAVE Racing 65, GT Tourisme ASAVE, Saloon Car, GT Classic et Trophée Lotus.

Les monoplaces seront également nombreuses au départ de l’Historic Tour du Mans dans les plateaux suivants : Trophée F3 Classic, Trophée Formule Renault Classic, Trophée Formule Ford Kent, Challenge Formule Ford Historic et Sport Protos Cup.

Pour en savoir plus voici la liste des engagés dans les différents plateaux de l’Historic Tour du Mans. Cette liste reste pour l’instant provisoire,les engagés définitifs  ne seront connues que suite aux briefings des pilotes qui se tiendront vendredi et samedi.
.

Morrissette LE Mans

.

Morrissette ne sera pas au départ de l’Historic Tour pour cause de concurrence de date avec le marathon de Berlin sur lequel nous reviendrons dès demain. D’autres MG B seront toutefois présentes dans le plateau regroupant l’ASAVE Racing 65, le challenge ASAVE et le Saloon Car pour défendre l’honneur des petits roadsters anglais.
.

Retrouvez ici les horaires complets de l’Historic Tour du Mans 2016

.
Pour les spectateurs, l’entrée sera gratuite tout au long de l’événement avec un accès à toutes les tribunes et zones publiques. En revanche l’accès au paddock sera payant au tarif de 20€ pour le weekend.

.

Goodwood Revival 2016 : les photos du Samedi

Le Goodwood Revival cuvée 2016 se poursuit avec une journée au climat typiquement britannique alternant entre fine pluie et ondée plus intense, le tout avec un thermomètre ne dépassant pas les 15 degrés. Si cette météo nuit quelque peu aux animations à coté de la piste, le spectacle reste entier sur le circuit. Les pilotes rivalisent d’adresse pour maintenir leurs voitures sur la piste et y parviennent la plupart du temps. La course d’Austin A35 a été particulièrement réussi avec de nombreuses batailles en piste et aucune touchette malgré ce que l’on pouvait craindre.

Voici quelques photos résumant cette journée de samedi au cœur du Sussex britannique.
.

.

Retour sur l’Historic Tour de Nogaro 2016

Désolé pour nos lecteurs réguliers qui ont l’habitude de lire le résumé des courses de Morrissette dès le lundi matin mais un agenda bien rempli combiné à des difficultés pour mettre en ligne les photos nous ont obligé à vous faire patienter quelques heures supplémentaires.

Morrissette abordait le meeting de Nogaro avec un énième moteur reconstruit suite aux déboires de poussoirs d’arbre à cames rencontrés lors des 3 heures de Spa. Afin de s’assurer que tout allait bien, trois séances d’essais libres étaient au programme de la MG B pour la journée de vendredi.
.

IMG_4383

.

Dès 8h30, profitant des heures les plus fraiches de la journée et du weekend, Morrissette prend la piste pour une première séance d’essais sans encombre. Au milieu de la seconde séance d’essais un bruit suspect à l’échappement nous fait craindre le pire et nous rappelle étrangement celui que l’on a connu à Spa. La séance s’achève donc prématurément pour une vérification aux stands puis dans les paddocks de l’origine du bruit. Finalement plus de peur que de mal, il s’agit simplement d’une pièce d’échappement qui a décidé de reprendre sa liberté, celle-ci sera rapidement remise en place par le garage de la Choletterie. La troisième et dernière séance d’essais libres se déroule sous un soleil de plomb, le travail sur la pression des pneumatiques sera vite avorté car la température oblige à lever le pied pour préserver le moteur en vue des courses du weekend.

Les qualifications sont programmées en tout début de matinée le samedi matin. Si cet horaire matinal n’arrange en rien le sommeil des pilotes, il offre l’avantage de donner un peu d’air frais et quelques chevaux supplémentaires aux moteurs. Comme nous en avons l’habitude, Claire prend le volant en début de séance qualificative et signe au bout de quelques tours un temps de 1’59. Lors de ma première tentative de tour chrono, je dois légèrement lever le pied en raison d’un drapeau jaune et la marque chronométrique se porte à 1’58. Lors du tour suivant, au milieu du second secteur au moment de passer le troisième rapport, plus rien ! L’embrayage semble fonctionner, les vitesses passent mais la voiture n’est plus entrainée. Les qualifications s’arrêtent donc là et le retour aux paddocks se fait derrière la dépanneuse. Charly diagnostique rapidement un bris de l’arbre de roue gauche et celui-ci sera réparé dans la foulée. Encore une fois une belle frayeur mais le weekend gersois de la petite MG B continue.
.

IMG_4353

.

Qualifiée en douzième position, Morrissette se présente au départ de la première course du weekend en milieu d’après-midi. Les écarts entre les différentes voitures ne sont pas énormes mais suffisants pour anéantir toute lutte au sein du plateau ASAVE Racing 65. Les positions sont relativement figées et Claire gère l’écart avec l’Austin-Healey 100/4 qui suit Morrissette tout en conservant un œil sur les manomètres de température. Morrissette franchit enfin la ligne d’arrivée d’une course sans encombre, ce qui ne lui était pas arrivé depuis plusieurs courses. La 8ème position finale de la MG B vaut à sa pilote de monter sur le podium de cette première manche de l’Historic Tour de Nogaro 2016.

Le départ de la seconde course du weekend étant donné en fonction de l’arrivée de la première, Morrissette est donc idéalement placé pour la course du dimanche après-midi. Après un bon départ, la MG B se retrouve un temps en 5ème position avant de rétrograder petit à petit au classement général. La MG B manque de vitesse de pointe dans la longue ligne droite de l’aérodrome et il est compliqué de refaire son retard dans les virages. Après quelques tours, la température d’eau frise les 105 degrés, il faut donc se résoudre à lever le pied si l’on veut rallier la ligne d’arrivée. Rouler à allure modérée est forcément moins grisant mais ce choix s’avérera payant puisque Morrissette remonte petit à petit au classement général suite aux abandons d’autres concurrents souffrant également de la chaleur. La MG B franchi la ligne d’arrivée à sa position de départ, à savoir au 8ème rang.
.

DSC_1534

.

Il s’agissait là de la dernière sortie de Morrissette pour la saison 2016 qui va désormais se reposer et se préparer pour de nouveaux challenges en 2017. Comme d’habitude, nous vous avons rapporté de nombreuses photos de l’Historic Tour de Nogaro. Vous trouverez bien évidement des photos de Morrissette, mais également de ses copines du plateau ASAVE Racing 65 et encore des photos du Trophée Maxi 1000 :

.

DSC_1592 IMG_4338 - Copie IMG_4454

Historic Tour Nogaro 2016 :
Morrissette

Historic Tour Nogaro 2016 :
ASAVE Racing 65

Historic Tour Nogaro 2016 :
Trophée Maxi 1000

.

Grand Prix de Pau Historique 2016 : résumé et photos

En l’espace de 48 heures, le ciel palois aura offert toutes les palettes météo imaginables aux spectateurs et aux concurrents du Grand Prix de Pau Historique 2016. Les séances d’essais du samedi se sont déroulées sous un soleil radieux et des conditions caniculaires, les concurrents des voitures de tourisme cherchant alors à faire rentrer un peu d’air frais dans les habitacles surchauffés.

Fort heureusement, les températures sont restées relativement fraiches sous les casques et il n’y a pas eu de grosse sortie de piste à déplorer. Les contacts avec les rails étant parfois inévitables dans les circuits en ville, quelques concurrents ont vu leur weekend s’arrêter dès le samedi. La plupart d’entre eux ont su trouver leur chemin dans les rues de Pau pour signer le meilleur chrono possible en vue de la course du dimanche.
.

.

Pour les spectateurs, entre les différentes séances en pistes, ils pouvaient admirer les voitures de collections exposées par les clubs et les particuliers au cœur du Parc Beaumont. Quasiment 500 voitures de marques différentes avaient pris place sur les pelouses du parc le temps d’un weekend.

Les plateaux s’enchainent dans la journée du samedi et l’Historic Endurance clôture le programme avec une séance où les pilotes doivent parvenir à trouver un tour clair pour établir un bon chronomètre. Avec plus de quarante voitures en piste sur un tracé très étroit, cette tache s’avérera particulièrement compliquée.
..

.

Après une nuit réparatrice, place aux courses mais également aux trombes d’eau. La pluie ne va pas cesser de la matinée avec en point d’orgue une mini tempête au moment du départ du Trophée Maxi 1000, le temps de nettoyer la piste et d’évacuer les branches obstruant la trajectoire, les courses peuvent reprendre leur droits. Dans ces conditions dantesques, félicitations aux pilotes qui se sont montrés particulièrement raisonnables et adroits pour limiter au maximum les Safety Car et les drapeaux rouge.

Si ces conditions météorologiques ont naturellement rebuté nombre de spectateurs, elles ont offert de très belles courses au public présent au bord du circuit urbain de Pau. Les courses de l’après midi se sont déroulées sur une piste séchante, en Historic Endurance, une agile Lotus Seven s’impose devant une meute de Porsche surpuissantes. La seconde manche du Trophée Maxi 1000 a bénéficié d’une piste entièrement sèche et a de ce fait pu partir en départ arrêté comme cela était initialement prévu pour toutes les courses.
.

.

Voici l’ensemble des photos du Grand Prix de Pau Historique 2016,  partenariat avec Photo Race Track :

Grand Prix de Pau
Historique 2016 :
Trophée Maxi 1000
Grand Prix de Pau
Historique 2016 :
Historic Endurance
Grand Prix de Pau
Historique 2016 :
Formula Ford Historic
Grand Prix de Pau
Historique 2016 :
FIA Lurani Trophy
Grand Prix de Pau
Historique 2016 :
Parc Beaumont

.

Rendez vous en 2017 pour une nouvelle édition du Grand Prix de Pau Historique avec on l’espère autant de spectacle en piste mais des conditions météorologiques plus clémentes.

.

« Articles Précédents