Archives de Courses

Tour Auto 2018 : les classements de la 1ère étape

Dès 6h au petit matin (5h45 pour être précis), les concurrents du Tour Auto édition 2018 ont quitté le Grand Palais pour se rendre au Château de Courances. Une longue étape les attendait ensuite pour rejoindre Besançon après avoir disputé une épreuve chronométrée aux alentours d’Auxerre et une autre sur le circuit de Dijon-Prenois.
.

.

Compétition
La liste de départ du Tour Auto 2018 sentait la poudre avant même les premiers tours de roue. Du coté français, Jean-Pierre Lajournade et Ludovic Caron multiples vainqueurs de l’épreuve sont présents sur leurs montures habituelles. Côté britannique, l’équipage Andrew Smith et James Cottingham, vainqueur l’an dernier est présent pour défendre son titre. il sont cette année rejoints par Chris Ward (multiple vainqueur à Goodwood) engagé sur une Jaguar Type E. Derrière ces quatre favoris il ne faut pas oublier les habitués de l’épreuve tels que Ben Gill, Damien Kholer ou encore Jean-Marc Bussolini …

Avant même le départ de l’épreuve spéciale de Sinotte, les ennuis mécaniques accablent l’AC Cobra de Ludovic Caron en proie à des soucis de culasse. La fumante américaine disputera tout de même l’épreuve pour tenter de limiter les dégâts ou elle se classera troisième à quatorze secondes des vainqueurs. Devant, la lutte interne britannique est ouverte, la GT40 (1MUF) d’Andrew Smith et James Cottingham s’impose de seulement deux secondes devant Chris Ward en Jaguar Type E. Jean-Pierre Lajournade est de son coté fidèle à la stratégie qui a souvent fait sont succès avec un pilotage assuré sans fioriture le menant à la quatrième place de la spéciale.
.


.

On retrouve quasiment les mêmes acteurs lors de l’épreuve disputée sur le circuit de Dijon. James Cottingham nous offre un récital au volant de sa GT40 intouchable sur le très rapide tracé de Dijon-Prenois. Il devance de nouveau Chris Ward, l’écart est de 30 secondes. Le podium 100% britannique est complété par Ben Gill sur Shelby Cobra. Jean-Pierre Lajournade se classe de nouveau 4ème et Ludovic Carron paye ses soucis mécaniques en laissant s’échapper de précieuses et nombreuses secondes.

Au terme de la journée, voici le classement général de la catégorie compétition :

  1. Andrew Smith / James Cottingham – Ford GT40 MkI – 17m04s
  2. Chris Ward / Andy Elcomb – Jaguar Type E – 17m31s (+0m27s)
  3. Jean-Pierre Lajournade / Christophe Bouchet – Jaguar Type E – 18m02s (+0m58s)

.

Périodes G1 et G2
La aussi l’épreuve d’ouverture à Sinote touche directement les favoris au classement général. En effet, la Ligier JS2 de John of B ne sera pas en mesure de reprendre la route après une sortie de route. Les chants du V8 Cosworth sont donc interrompus dès les premiers kilomètres du Tour Auto 2018. Dans cette catégorie aussi c’est une GT40 qui s’impose, il s’agit de la version MkII de Patrick Hautot et Sylvain Cantrel. Le podium est complété par les deux BMW 2800 CS d’Alexandre Delaye puis de Richard Depagneux. Les écarts sont très faibles avec respectivement 2 et 5 secondes.

Sur le circuit de Dijon Prenois, les 7 litres des moteurs Ford des GT40 MkII ont fait parler la poudre. Patrick Hautot s’impose de nouveau en devançant une autre Ford GT40, celle de Philippe Vandromme. Derrière les puissantes américaines, Richard Depagneux se classe de nouveau troisième au volant de sa 2800 CS.

Voici le classement général provisoire au terme de cette première journée :

  1. Patrick Hautot / Sylvain Cantrel – Ford GT40 MkII – 18m01s
  2. Philippe Vandromme / Frédéric Vivier – Ford GT40 MkII – 18m49s (+0m48s)
  3. Richard Depagneux / Eric Joyau – BMW 2800 CS – 19m12s (+1m11s)

.

.
Périodes H1, H2 et I
Parmi ces autos les plus récentes engagées au Tour Auto ce sont des habitués qui figurent en tête des classements. Le duo Lecourt / Narac impose sa Porsche 911 aux couleurs de Gallia lors de la première spéciale. Philippe Ancelin a parfaitement exploité les qualités de sa Ford Escort 1600 RS en rallye en se classant second à 3 secondes des vainqueurs. Avec le même écart, on retrouve un autre habitué, Christophe Van Riet lui aussi engagé sur une Porsche 911.
.

.
Le circuit de Dijon Prenois voit un triplé des Porche 911. La victoire revient à la RSR 3.0L « La Mondiale » pilotée par deux spécialistes des courses d’endurance : Cooper Mac Neil et Gunnar Jeanette. Ils devancent de 6 secondes Christophe Van Riet et de 12 secondes Lecourt / Narac.

Les écarts sont très faibles dans cette catégorie que ce soit en épreuves spéciales ou sur circuits et cela se ressent au classement général ou le trio de tête se tient en moins de dix secondes. Voici le classement général provisoire au soir de l’arrivée à Besançon :

  1. Cooper Mac Neil / Gunnar Jeanette – Porsche 911 RSR 3.0L – 17m22s
  2. Christophe Van Riet / Caroline Grifnee – Porsche 911 RSR 3.0L – 17m26s (+0m4s)
  3. Michel Lecourt / Raymond Narac – Porsche 911 RSR 2.8L – 17m29 (+0m7s)

.

Régularité
Difficile d’établir des vérités dans la catégorie régularité après seulement deux épreuves de disputées. En régularité le classement final va se faire et se défaire au fur et à mesure des spéciales et des imprévus. A noter que cette année tous les concurrents sont équipés d’un GPS Trippy (bien connu en mal ou en bien par les concurrents du Rallye Monte-Carlo Historique). Ce système de GPS offre une précision bien supérieure aux organisateurs et permet notamment de multiplier les points de contrôle.

Au terme de l’épreuve spéciale de Sinote et de celle de Dijon-Prenois, voici le classement de la catégorie régularité. Notons que six pilotes se tiennent en moins de 10 secondes de pénalité et les dix premiers sont tous réunis en moins de 20 secondes:

  1. Jean Rigondet / Olivier Souillard – CG 1200 S – 0m08s
  2. Mathieu Sentis / Gaëtan Dumoulin – Peugeot 504 Berline – 0m08s (+0m00s)
  3. Philippe Fichet / Xavier Malenfer – Lancia Fulvia 1600 HF – 0m12s (+0m04s)

.

En ce mercredi la seconde étape du Tour Auto 2018 emmènera les concurrents depuis Besançon jusqu’à Megève. Au programme les pentes alpestres avec notamment deux épreuves spéciales disputés sur route fermées. La journée sera également par une épreuve sur circuit disputée sur le circuit de la Bresse.

.

Tour Auto 2018 : les photos de Dijon-Prenois

Lors de la première étape du Tour Auto 2018 qui menait les concurrents depuis le Grand Palais à Paris jusqu’à Besançon une épreuve était disputée sur le circuit de Dijon-Prenois. Lors des épreuves sur circuit les voitures sont réparties en 5 plateaux selon leur âge et leur puissance. Les plateaux 1 et 2 sont réservés à la catégorie régularité. Les plateaux 3, 4 et 5 sont ceux des voitures engagées en compétition avec des modèles de plus en plus rapides. Nous vous proposons de revenir en image sur les différentes courses des plateaux compétition sur le circuit de Dijon-Prenois :

.

Plateau 3

.

Plateau 4

.

Plateau 5

 

.

Tour Auto 2018 : les photos de l’ES1 – Sinotte

On vous emmène sur les bords des routes du Tour Auto 2018 et plus précisément à l’épreuve spéciale numéro 1. Celle-ci a été disputée sut les hauteurs d’Auxerre (Sinotte) le lundi en milieu de matinée. Voici les photos des différents plateaux de compétition :

Un lundi (presque normal) au Grand Palais

Au fil des éditions, on s’habitue au spectacle de l’exposition des magnifiques voitures du Tour Auto sous la verrière du Grand Palais. Les vérifications techniques et administratives sont l’occasion de créer un musée éphémère réunissant des autos parmi les plus belles et les plus rares du monde. On s’est habitué à ce mariage magique entre le Grand Palais et les voitures anciennes au point de ne plus apprécier celui-ci à sa juste valeur.

Il suffit d’apprendre que dans quelques années, le Grand Palais ne sera plus en mesure d’accueillir le départ du Tour Auto (en raison de travaux de modernisation en vue des jeux olympiques de Paris 2024) pour soudain mieux mesurer la beauté du spectacle qui nous est offert.
.

.

Les voitures sont alignées comme à la parade ou comme lors du salon de l’auro des années 50. Comme souvent Porsche semble avoir le plus grand « stand » avec des alignements importants de Porsche 356 et 911. Bien que moins nombreuses, les Ferrari alignées au centre du Grand Palais ne sont pas moins impressionnantes. Du coté des anglaises, les Jaguar sont les mieux représentées avec des XK120, 140, 150, Type E ou encore MK1 ou Mk2. Toujours du coté britannique les MG A et B sont toujours fidèles au poste. Cette année, les Aston Martin sont moins nombreuses que par le passé et l’on compte une seule D2/4. Les gros V8 américains sont également dignement représentées avec les Cobra et GT40 candidates à la victoire finale. On retrouve également un contingent de Ford Mustang agrémenté de quelques Corvette.

Pour cette édition 2018 les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques italiennes disparues : on retrouvera au départ notamment des Abarth, Autobianchi, Osca ou encore De Tomaso.

Voici les photos de cette journée de vérifications administratives et techniques au Grand Palais :
.

.
Au cours de la soirée, les belles carrosseries ont été admirées par les VIP invités par les partenaires ainsi que par l’organisation. Après une courte nuit de soleil, voitures et pilotes quitteront le Grand Palais dès 6h pour mettre le cap sur une première épreuve spéciale aux alentours d’Auxerre. Une épreuve sera ensuite disputée en milieu de journée sur le circuit de Dijon-Prenois avant de rejoindre dans la soirée la ville de Besançon.
.

Goodwood 76th Members Meeting Live

La première journée du 76ème Members Meeting a été marquée par des conditions météorologiques pour le moins inédites avec de nombreuses averses neigeuses, des rafales de vents violentes et des températures négatives. Malgré tout cela, le spectacle a encore une fois été à la hauteur lors des différentes séances de qualification ainsi que lors des deux courses programmées en fin de journée. Le menu de la journée de dimanche est relativement simple, des courses, des courses et encore des courses. Cet enchainement de dix courses ne sera interrompu que par des démonstrations consacrées au Formules 5000 et aux voitures de Groupe 5. Voici le programme détaillé de cette dernière journée du 76ème Members Meeting. (pensez à ajouter une heure par rapport à l’heure anglaise).

En ce dimanche l’élément majeur sera encore une fois la météo. Si la neige n’est plus annoncée, elle est tombée au cours de la nuit conjuguée à des températures négatives. Pour corser la situation le brouillard est annoncé en cours de journée. Les longues portées Marchal ou Lucas seront donc fortement conseillées pour les participants du 76ème Members Meeting.

Si vous préférez rester bien au chaud et tout de même profiter du spectacle du #76MM, voici le streaming vidéo :

.

 

Goodwood 76th Members Meeting Live

Comme chaque année, le Members Meeting inaugure la saison des courses automobiles historiques en Angleterre et plus généralement en Europe car très peu de courses se déroulent avant la mi-mars. Comme lors de chaque édition, un parterre de stars et de voitures plus exceptionnelles les unes que les autres sont attendues dans le Sussex.

Cette année les modèles des Groupe 5 et des Formules 5000 seront mis à l’honneur au travers de démonstrations. Les Porsche ne seront pas en reste pour l’année anniversaire de la marque avec notamment plusieurs Porsche d’exception comme des 904. L’émotion sera forte à Goodwood quelques jours après le décès accidentel d’Henry Hope-Frost le célèbre commentateur du circuit très apprécié aussi bien des pilotes que des spectateurs.

La grande question du jour est de savoir si la neige sera ou non au rendez vous lors de ce 76 Members Meeting. Les prévisions météorologiques annoncent de la neige tout au long de la journée de samedi. Toutes les personnes présentes à Goodwood espèrent déjouer les prévisions météorologiques. Comme de coutume, la journée de samedi est consacrée aux qualifications, voici le programme des réjouissances du jour (pensez à ajouter une heure par rapport à l’heure anglaise).
.

Pour ne rien ratez du #76MM : voici le streaming vidéo :..

.

 

Cap à l’Est pour le Tour Auto 2018

Le parcours détaillé de la 27ème édition du Tour Auto vient d’être dévoilé par les équipes de Peter Auto. Celui-ci se déroulera du 23 au 28 avril 2018 et emmènera les concurrents depuis la verrière du Grand Palais jusqu’à la baie des Anges à Nice. Le Tour Auto mettra donc principalement le cap à l’Est avec une importante partie alpestre, ce qui laisse présager de très belles spéciales pour les quelques 230 concurrents alignés au départ.
.

.

Pour l’édition 2018, les organisateurs ont décidé de mettre à l’honneur les marques italiennes disparu : Autobianchi, De Tomaso, Osca ou encore Cisitalia, Lombardi, Moretti, Siata… Le parcours du Tour Auto 2018 s’achèvera à quelques kilomètres de l’Italie pays de naissance des véhicules mis à l’honneur.

Avant de rejoindre Nice, les concurrents feront étape à Besançon, Megève, Avignon ou encore Aix en Provence. Voici le déroulé jour par jour du Tour Auto 2018 :
.

Lundi 23 avril : Paris

  • Contrôles techniques et administratifs au Grand Palais

.

Mardi 24 avril : Paris – Besançon

  • Circuit de Dijon Prenois
  • Une épreuve spéciale

.

Mercredi 25 avril : Besançon – Megève

  • Circuit de la Bresse
  • Deux épreuves spéciales

.

.

Jeudi 26 avril : Megève – Avignon

  • Circuit de Lédenon
  • Deux épreuves spéciales

.

Vendredi 27 avril : Avignon – Aix en Provence

  • Circuit Paul Ricard
  • Deux épreuves spéciales

.

Samedi 28 avril : Aix en Provence – Nice

  • Trois épreuves spéciales

.

Retrouvez ici l’animation du parcours détaillé du Tour Auto 2018 qui vous permettra d’avoir une idée plus précise des routes empruntées. Nul doute que certains d’entre vous particulièrement précis en cartographie seront capables de reconnaître certains passages mythiques de l’histoire du rallye.

.

.

Morrissette à l’Historic Tour du Val de Vienne 2017

Après s’être remis en jambes sur le circuit de Nogaro, Morrissette continuait et terminait sa saison 2017 le weekend dernier sur le tracé du Val de Vienne. Un circuit que la MG connait particulièrement bien en raison de ses nombreuses participations à Sport et Collection. Au programme pour Morrissette, 25 minutes de qualifications le samedi suivies d’une course d’une heure le dimanche.
.

.

Le samedi matin, lors des premières séances d’essai, une monoplace a eu la mauvaise idée de vidanger son moteur sur la piste. Eau et huile ne faisant pas bon ménage, il faudra près de deux heures aux commissaires de piste pour nettoyer le circuit. Notre séance d’essai qualificatifs est réduite à 20 minutes pour compenser le retard accumulé dans la matinée. Le règlement de l’ASAVE Racing 65 impose que les deux pilotes participent aux essais qualificatifs, dans ces conditions, difficile de se mettre en jambe avec au maximum 4-5 tours par pilote.

Il faudra attendre les dernières secondes de la séance d’essai pour que Morrissette signe un chrono de 2’07’877 ce qui nous donne le 11ème temps. La MG B se classe une fois encore derrière les deux Lotus Cortina du plateau mais vu les écarts de temps au tour il sera impossible de les suivre en course. La bataille aurait pu être belle avec une Sunbeam Tiger qui s’est qualifiée dans la même seconde que Morrissette. Malheureusement le V8 de la Sunbeam en décidera autrement et la voiture ne pourra prendre le départ de la course.

La météo du dimanche est moins clémente que celle du samedi après-midi et les averses s’enchainent tout au long de la journée. Le vent permet de maintenir la piste praticable mais celle-ci s’humidifie de plus en plus au cours de la journée. Au moment du départ, la piste est quasiment sèche, permettant aux voitures et aux pilotes de s’exprimer librement. Le départ de Morrissette aurait pu être excellent si son pilote n’avait pas raté le passage de la 3ème vitesse. Au final c’est donc un départ neutre, ni bon, ni mauvais ou la MG B se contente de conserver sa position. Rapidement les performances entrevues lors des qualifications se confirment, les Cortina disparaissent peu à peu au loin devant Morrissette et aucune voiture n’apparait dans le rétroviseur. Ce sera donc une course relativement anonyme en milieu de peloton où l’on se contente d’enchainer les tours les plus propres possibles.

La MG B remonte petit à petit dans le classement au grès des abandons et des soucis mécaniques rencontrés par les autres concurrents. A mi-course Morrissette rentre au stand pour changer de pilote au moment où la pluie s’intensifie peu à peu. La seconde partie de la course sera marquée par une longue intervention du safety car afin de pouvoir évacuer un concurrent en panne au milieu de la piste. Le safety car regroupe les voitures, mais lors d’une course d’une heure peu de concurrents sont encore dans le même tour. Au moment du restart, Morrissette bataille quelque tour avec une Austin Healey 100-4 sur laquelle elle finit par prendre le dessus. La MG B et sa pilote passent la ligne d’arrivée à la 8ème place au classement général.

.

.

Après ces deux courses d’ASAVE Racing 65 disputées en quelques semaines sur les circuits de Nogaro et du Val de Vienne, Morrissette va se reposer quelque temps pour mieux revenir pour une nouvelle saison en 2018.

.

Circuit des Remparts 2017

Qui dit journées du patrimoine dit nécessairement Circuit international des Remparts à Angoulême. Etant plutôt tournés vers les vielles roues à rayons que vers les vieilles pierres, nous avons pris le chemin de la Charente dimanche matin pour assister à l’édition 2017 du Circuit des Remparts.

La météo s’est montrée pour le moins capricieuse avec des températures dignes du mois de Novembre et une après-midi copieusement arrosée. Entre deux averses, les pilotes ont fait étalage de leurs talents sur un piste tantôt grasse, humide, détrempée ou séchante.

Le Circuit des Rempart ne figure au programme d’aucun championnat régulier de voitures de collection, les différents plateaux sont donc constitués pour l’occasion. On retrouve à parts à peu près égales des courses de monoplaces et d’autres de GT et berlines. En plus de ces deux grandes catégories, une démonstration de rallye mettant en scène les légendes du Groupe B était proposée aux spectateurs.
.

.

Malgré des plateaux quelque peu hétéroclites les batailles sont toujours au programme particulièrement en GT. Les plateaux Henri Greder et Jean Pierre Beltoise ont tenu les spectateurs en haleine tout au long des 30 minutes qui leurs étaient allouées avec de belles batailles pour la victoire finale mais également pour les places d’honneur. Le Circuit des Remparts est très court, puisqu’il développe un peu plus d’un kilomètre, et les plus rapides bouclent un tour en moins d’une minute. Les écarts y sont donc relativement restreints ce qui facilite grandement le spectacle en piste. Rappelons que le Circuit des Remparts d’Angoulême est le seul tracé urbain français à n’avoir pas évolué depuis l’époque où il accueillait les championnats internationaux de monoplaces.

Le Circuit des Remparts d’Angoulême lutte chaque année pour sa survie et l’équipe d’organisation a changé pour cette édition 2017. Seul fausse note, le prix des entrées fixé à 29€ par personne pour la journée de dimanche ce qui avait de quoi rebuter les moins fortunés. En dehors de ces considérations financières, l’organisation était bien huilée avec une gestion parfaite des contraintes liées aux plans Vigipirate et l’excellente idée de déplacer l’entrée des spectateurs dans le paddock afin de faciliter la vie de ces derniers mais également des équipes d’assistance.

Rendez-vous en 2018 sur le Circuit des Remparts en espérant que la météo soit plus clémente aussi bien pour les pilotes que pour les spectateurs et les organisateurs. Pour vous faire patienter jusqu’en septembre 2018, voici quelques photos prisent ce weekend.
.

La course de Morrissette à Nogaro vécue de l’intérieur

Hier, nous vous avons raconté en détail notre weekend de l’Historic Tour de Nogaro avec notamment les différents temps fort de la course, il est temps d’illustrer nos propos avec la caméra embarquée de la course. Bouclez votre harnais et embarquez à bord de Morrissette pour près d’une heure de course sous une météo pour le moins changeante. Vous retrouverez notamment :

  • 1ère minute : Un départ moyen
  • 2ème minute : Un dépassement osé sur une AC Cobra
  • 3ème minute : Un freinage du bout du monde sur cette même Cobra
  • 7ème minute : Une visibilité plus qu’aléatoire
  • 8ème minute : Un drapeau rouge
  • 9ème minute : Un départ réussi
  • 10ème minute : Une Alfa Romeo Giulia TZ vue de très très près
  • 12ème minute : Deux roues dans l’herbe
  • 13ème minute : Un dépassement raté
  • 30ème minute : Changement de pilote
  • 31ème minute : Une MG B joueuse à la sortie des stands
  • 43ème minute : Un dépassement de James Bond
  • 45ème minute : Une Ford Falcon en perdition évitée de justesse
  • 56ème minute : Un drapeau à damier bien mérité

.

.

« Articles Précédents Articles Suivants »